Transitions… Une question de mue

Ce qui m’a plu dans le titre de ce carnet, c’est l’état provisoire sous entendu, qui permet à la structure carnet d’offrir un peu de stabilité à un public en mutation.

Car c’est bien une mue que je ressens, à plusieurs niveaux. Un changement de « corps » se profile pour la professeure des écoles tranquille que je suis, installée dans ma campagne depuis une dizaine d’année. Il est en effet probable que je changerai de métier après cette expérience.

C’est aussi pendant toutes les années d’écriture de la thèse, l’impression de plus avoir sa place précisément quelque part : Si petite à la fac, dans les séminaires, et devenue atypique dans les cours d’école.

J’étais bien dans ma classe, avec mes petits élèves, alors pourquoi un matin, ai-je eu l’idée de reprendre des études ? Pourquoi ai-je passé un master ? Pourquoi ai-je accepté de suivre un cursus recherche impliquant une éventuelle poursuite en thèse ? Pourquoi ai-je ensuite cherché une directrice de thèse et me suis-je réinscrite dans la fac que j’avais quittée 20 ans plus tôt ? Était-ce pour avoir le sentiment de ne pas vieillir ? Pour faire rire les autres secrétaires avec mon numéro étudiant si ancien qu’il ne ressemble plus à ceux d’aujourd’hui ? Pour bénéficier du tarif étudiant dans les magasins ? Non, quand même…^^

Je n’ai plus tout à fait ma place dans une classe, pour pouvoir lire, écrire, assister aux séminaires. Mes autres collègues ne me reconnaissent plus tout à fait comme une des leurs d’ailleurs… comme si j’en savais trop, ou trop différemment de ce qu’eux savent…

Mais, enfin, dans cette situation, un peu entre deux chaises et entre deux âges, je ressens un peu d’exaltation, mon quotidien se pigmente de réflexions que j’avais oubliées. Je gère mieux mon quotidien en devenant multi-tâche…

Je réussis à hiérarchiser mes priorités sans que les petits soucis ne prennent trop de place. Ma vie est palpitante, bien remplie ! Pas toujours sereine, mais il m’importe de régler les urgences une par une. La vie de famille reste toujours LA grande priorité. Les enfants s’émancipent peu à peu mais elles ont beaucoup besoin d’aide à certains moments. C’est aussi un peu pour elles que je continue à projeter, à rêver ma vie future. Il me semble indispensable qu’elles voient qu’à 40 ans, on a toujours des projets, des envies et qu’on peut intervenir sur le cours de sa vie de femme. On peut continuer à apprendre aussi, se perfectionner, tout recommencer… ou faire autre chose…

Voilà pourquoi Transitions m’a plu. Qu’on soit plutôt têtard qui deviendra grenouille, poisson qui change d’aquarium, serpent qui laisse sa mue sur le chemin… c’est bien d’un changement qu’il s’agit pour nous, les doctorants !

Auteure

Carole GOMEZ

Doctorante en Sciences de l’Éducation

UMR Éducation, Formation, Travail et Savoirs – Université Toulouse 2 Jean Jaurès


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.