Transitions… Une question de mue

Ce qui m’a plu dans le titre de ce carnet, c’est l’état provisoire sous entendu, qui permet à la structure carnet d’offrir un peu de stabilité à un public en mutation.

Car c’est bien une mue que je ressens, à plusieurs niveaux. Un changement de « corps » se profile pour la professeure des écoles tranquille que je suis, installée dans ma campagne depuis une dizaine d’année. Il est en effet probable que je changerai de métier après cette expérience.

C’est aussi pendant toutes les années d’écriture de la thèse, l’impression de plus avoir sa place précisément quelque part : Si petite à la fac, dans les séminaires, et devenue atypique dans les cours d’école.

J’étais bien dans ma classe, avec mes petits élèves, alors pourquoi un matin, ai-je eu l’idée de reprendre des études ? Lire la suite

L’initiative Laboratoire Junior en questions

Ouvrir le bal

C’est donc à moi que revient l’honneur d’ouvrir le bal des articles pour ce nouveau carnet Hypothèses du Laboratoire Junior EFTS (Éducation, Formation, Travail, Savoirs). Peut être faut-il dans un premier temps dire quelques mots du nom que nous avons choisi pour ce carnet : « Transitions ». Passer progressivement d’un état à un autre, partir d’un point A pour arriver jusqu’à un point B. Ce laboratoire « Junior » – je reviendrai longuement sur ce qualificatif, vous l’aurez compris vu le titre de l’article – se compose effectivement de chercheurs en formation et en devenir, puisque nous sommes tous actuellement en cours de doctorat, ou fraîchement docteurs en Sciences de l’Éducation. Il est à noter que nous ouvrons également nos portes aux étudiants de Master qui souhaiteraient nous rejoindre. Il se veut comme un espace d’échanges plus ou moins institutionnels destiné aux « non titulaires ». Ce carnet a donc pour objectif, entre autres choses, de nous aider à transiter dans ce cheminement parfois long, tumultueux et solitaire de la thèse. Sans sous-entendu aucun quant à nos suivis et directions de thèse et sans qu’aucun de nous ne vive la thèse comme un fardeau, qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit. Gardons un peu de « silence breaking » pour 2018. Lire la suite