ça vient de paraître !

Mis en avant

Le partenariat en santé, Savoirs croisés entre patients, proches aidants, professionnels et chercheurs

Cet ouvrage collectif, coordonné par trois membres de l'unité EFTS, Patrick Lartiguet, Dominique Broussal, Michèle Saint-Jean et une médecin en santé publique Nathalie Szapiro, prolonge les débats engagés au cours du 2e colloque international sur le partenariat de soin avec les patients organisé en 2021 par l'UMR. Ce colloque venait interroger les avancées du partenariat en santé dans une visée de conduite et d’accompagnement du changement, partant du constat que si la société civile était acquise à la cause d’un patient acteur de sa santé, les modalités pour y parvenir n’en restaient pas moins des sujets de controverses.

Les contributions de cette édition (plus de vingt auteurs) donnent une voie à l’ensemble des acteurs du partenariat en santé : les milieux du soin, l’enseignement médical et paramédical, la recherche, l’organisation des établissements et des réseaux de santé, les collectifs associatifs ou encore de citoyens, et les politiques de santé. Le partenariat santé, parce qu’il implique de profonds changements, est interrogé à partir de recherches empiriques, de propositions conceptuelles ou encore de propositions issues de pratiques professionnelles ou d’expériences de vie avec la maladie.

L’ouvrage, composé de quatre grandes parties autour du partenariat en santé : changement et pouvoir en partage, questionner la relation de soin, questionner la formation des professionnels de santé et enfin intervention et émancipation, vise à offrir à tout lecteur, qu’il soit patient, proche aidant, professionnels de santé, étudiant en santé, institutionnel ou encore chercheur, des outils pratiques mais aussi conceptuels pour appréhender le partenariat en santé et prendre conscience de l’ensemble de ses enjeux afin d’envisager sa propre place d’acteur du changement.

Le partenariat en santé. Savoirs croisés entre patients, proches aidants, professionnels et chercheurs, coord. Patrick Lartiguet, Dominique Broussal, Michèle Saint-Jean, Nathalie Szapiro, éditions Seli Arslan, 2022

Sandrine Pavan

Le LJ clôture l’année avec un moment convivial !

Mis en avant

Le labo junior s’est retrouvé mardi 5 juillet pour un moment convivial au Parc du Grand Rond autour d’une auberge espagnole ! 

Ces temps d’échanges informels nous ont aussi permis d’échanger sur différentes pistes à venir : 

– Atelier pratique autour de la création / conception d’un nouveau poster scientifique 

– Atelier débats autour des tensions du tiers-espace socio-scientifique ou quelles sont les difficultés que l’on rencontre pour mener nos recherches participatives ?

– Atelier autour des démarches socio-ethnographiques ou comment utiliser son journal de terrain/carnet de bord et comment exploiter ces éléments empiriques ?

– Participer à l’événement “forum de la recherche” à la Maison de la Recherche afin de présenter le labo junior et d’y exposer nos travaux.


Merci à ceux qui étaient présents pour ce moment convivial même si nous étions peu nombreux·ses. Une étudiante, venant de décrocher son M2, qui était présente, souligne l’importance de ces rencontres avant la thèse.


A très vite pour un prochain évènement !!!


La coordination du LJ

Journée scientifique des doctorant·es de l’école doctorale CLESCO

Le 21 mars 2022 s’est déroulée la journée des doctorant·es CLESCO !

“La journée scientifique des doctorant·es CLESCO, JSDoc est organisée par les représentant·es des doctorant·es de l’école doctorale CLESCO depuis 2008. Cette journée a pour objectif la mise en lumière des recherches menées par les jeunes chercheurs et chercheuses de l’école doctorale. Cette journée donne l’occasion aux doctorants de renforcer leur réseau, de se rencontrer et d’échanger et débattre autour de différentes thématiques de recherche scientifique”

Comité scientifique : Lucie CASSE, Valentin GOULETTE et Marie-Amélie MARTIN

Comité d’organisation : Anne-Flore GINDRE, Yollande MASSALA-BILOUKA, Nathalie MEURIE-CORCEIRO, Dimitri PAISIOS

Directeur de l’école doctorale CLESCO : Jean-François MARCEL

Écrire ma thèse : les in-dix-pensables !

Mis en avant

L’écriture, voilà une étape qui enthousiasme autant qu’elle peut inquiéter. Et pourtant elle est inévitable dans le processus de thèse. Heureusement, c’est une compétence, de fait, elle s’acquiert ! Pour contribuer à son développement, les participant·es du séminaire doctoral “Émancipation et Changement” de l’UMR EFTS (Université Toulouse II Jean Jaurès) proposent une affiche regroupant quelques astuces et conseils singuliers.

– Christelle Chauffriasse, Jeanne Piccardi et Tiowa Kienou –

Les JEFTS ont eu lieu les 10 et 11 février 2022 !

Mis en avant

Le comité d’organisation était composé d’Ingrid Verscheure, Dominique Broussal, Isabelle Fabre, Audrey Murillo, Sébastien Reynes, Céline Pottier, Patrick Lartiguet, Khouloud Chatti et Caroline-Marie Cavard.

La journée des doctorant·es

La première journée d’étude de l’UMR EFTS consacrée aux doctorant·es s’est déroulée jeudi 10 février sous un format hybride (distanciel le matin et présentiel et distanciel l’après-midi).

Le premier temps de la matinée était dédié à la présentation des différents conseils et services de l’UMR EFTS : conseils d’unité et scientifique, services administratifs et laboratoire junior. Nous avons également pu entendre les co-responsables de chaque thème ainsi qu’Emmanuelle Brossais, membre de l’Association des Enseignant·es Chercheur·es en Sciences de l’Éducation.

L’occasion pour les nouveaux·elles doctorant·es de visualiser les missions et le rôle de chacun·e, les ressources disponibles mais aussi d’entrevoir les perspectives des trois thèmes de recherche au sein du laboratoire :

Ensuite, un mot introductif des représentantes des doctorant·es (Caroline-Marie Cavard et Khouloud Chatti) a permis de planter le décor de ces journées d’étude à travers la thématique des partenariats et de passer le relais, pour Caroline-Marie, à Amina Mohamed Hassan, nouvelle représentante des doctorant·es.

Pour la suite de la matinée, Audrey Murillo a animé une table ronde intitulée « Quels sont les effets des partenariats de recherche sur les parcours de recherche des enseignant·es-chercheur·es ? » où participaient trois enseignantes-chercheuses : Marie-France Carnus, Fatiha Tali et Hélène Veyrac.

En début d’après-midi, deux tables rondes se sont déroulées avec pour objet l’évocation des contextes et enjeux des recherches doctorales en sciences de l’éducation et de la formation.

  • La première table ronde « L’école en terre (re)connue » animée par Khoulloud Chatti et Lougteb Doha (doctorantes) faisait intervenir les présentations des avancées des travaux de thèse de quatre doctorant·es :
    • Aurélie Canizares, en sciences de l’information et de la communication, s’intéresse à la médiation numérique des savoirs et à leur circulation dans des situations d’enseignement-apprentissage médiatisées (classe inversée, jeu sérieux, dispositif d’enseignement à distance).
    • Amina Mohamed Hassan mène une réflexion sur la co-construction de la compétence interculturelle dans un dispositif UPE2A (aide à l’apprentissage du français pour des élèves primo-arrivants et allophones).
    • Yollande Bilouka développe une thèse autour de l’utilisation du numérique en contexte scolaire gabonais et français et explore le lien entre celui-ci et la motivation des élèves (en tenant compte de leur origine sociale).
    • Eric Alabi s’intéresse dans sa thèse à la question de l’appropriation de l’approche par compétences au Bénin, entre idéologies et pratiques professionnelles.
  • La deuxième table ronde « La culture, la santé, l’intervention sociale : les écoles buissonnières » a donné lieu à la présentation de quatre autres doctorant·es :
    • Nicolas Chottin élabore ses travaux de thèse autour de la question de l’inclusion des personnes ayant une vulnérabilité sociale et/ou de santé notamment en lien avec les pratiques addictives.
    • Samuel Philippon s’intéresse aux enjeux de socialisation des jeunes des quartiers populaires dans le trafic de drogue (le deal comme expérience professionnelle) et l’influence de cette réalité sur le métier des éducateurs en prévention spécialisée, dans une approche ethnographique. 
    • Sandrine Pavan, en sciences de l’information et de la communication, s’intéresse au dispositif de la résidence d’artiste pour penser les manières d’habiter les espaces éducatifs dans une recherche-intervention au sein d’un lycée agricole.
    • Bruno Corneille, en sciences de l’information et de la communication, articule ses travaux de thèse autour du jardin comme dispositif de médiation et interroge la notion d’espaces dans le domaine de l’enseignement agricole (notamment l’aménagement paysager).

Ces tables rondes ont révélé la pluralité des contextes de recherche qui s’entremêlent et permettent de situer la recherche dans une « perspective systémique », comme le souligne les doctorant·es, en dépassant les différentes typologies de recherche.

Ces différentes présentations reflètent la visée heuristique de la recherche (produire des connaissances) et praxéologique (faire un pas pour atteindre le souhaitable ou amorcer le changement). La majorité des interventions relatent des approches qualitatives, une pluralité des thématiques rencontrées ainsi que des méthodologies et approches théoriques variées. Aussi, deux études sur quatre relèvent d’études comparative à l’international. Les doctorant·es soulignent enfin la question de la place du·de la chercheur·se dans la recherche partenariale et mettent en exergue la dimension transdisciplinaire propre aux Sciences de l’Éducation et de la Formation.

Deuxième journée EFTS : la journée thématique

La deuxième journée, introduite par la directrice de l’UMR Cécile Gardiès et la responsable du conseil scientifique, Ingrid Verscheure ; a débuté avec une conférence d’Isabelle Vinatier (Professeur des universités à l’université de Nantes) intitulée « Quelle place requiert pour les acteurs l’analyse de leur activité dans le cadre d’une recherche collaborative ? ». Dans la continuité des travaux de Vergnaud, s’inscrivant en didactique professionnelle, elle propose une réflexion en trois temps : le contexte de la formation ; une épistémologie du sujet capable ainsi que la place des acteurs dans les recherches collaboratives.

La suite de la matinée s’est déroulée en deux temps, l’un réservé aux doctorant·s, l’autre aux statutaires.

Caroline-Marie et Khouloud à l’origine de l’animation, nous ont proposé un format d’échanges attractif tel un world café numérique ! Patrick Lartiguet a également participé à l’organisation de ce temps.

Quatre salles virtuelles ont permis aux doctorant·es d’échanger sur la méthodologie, les choix théoriques, les recherches collaboratives / participatives ou enfin sur la notion de public / terrain. Un référent « porte-parole de salle » a pu finalement réaliser une retransmission en grand groupe en s’appuyant sur des nuages de mots.

La suite de la journée a mis au jour la présentation des actualités de la recherche à l’UMR EFTS en lien avec les partenariats (informations concernant le dépôt HAL, service valorisation et RGPD).

Enfin, le questionnement fil rouge autour des partenariats a été envisagé dans un dernier temps autour d’une conférence populaire nommée « Financement de la recherche et implication des acteurs : réalité ou fantasme ? ».

En quelques mots, Caroline-Marie nous dit que « la conférence poursuivait deux objectifs :

– produire la connaissance en s’appuyant sur les savoirs détenus par les participants, qu’elle mutualise.

– faire éprouver en grandeur réelle que ce partage n’est pas une utopie, mais qu’il est opérationnel. »

Voici pour illustration des questions proposées par les groupes :

  • Quelles conciliations entre une recherche artisanale (sens, liberté, précarité) et une recherche industrialisée (marchandisation, reconnaissance) ?
  • Qu’est-ce qui motive les acteurs non chercheurs à s’impliquer dans une recherche collaborative avec ou sans financement ?
  • Comment motiver les acteur·rices universitaires et institutionnels dans des actions communes de recherche ?
  • Le financement d’une recherche entrave ou libère le·la chercheur·se ?

– Manon Delbreil –

Sortie d’ouvrage ! “Expositions et œuvres en questions. Une recherche-intervention création dans un centre culturel toulousain”

Sous la direction de Dominique Broussal, Véronique Bedin et Jean-François Marcel.

“Cet ouvrage explore les liens entre la science et le monde artistique en valorisant une forme de recherche nouvelle et originale : la recherche-intervention création. Réalisée dans un cadre participatif intégrant les acteurs locaux, cette recherche place au cœur de l’analyse un centre culturel toulousain et dix-sept artistes de la région Occitanie ayant exposé dans cet espace ou y ayant proposé des activités.

Inscrite en Sciences de l’éducation et de la formation, la problématique développée défend l’idée que les œuvres assument une fonction éducative et émancipatrice, tant lors
de leur création que dans leur devenir. Elle met aussi l’accent sur le faire œuvre, en tant que modalité d’intervention des chercheurs et des artistes dans la vie de la cité.

L’ouvrage s’adresse aux universitaires et aux étudiants, aux artistes bien sûr, aux médiateurs culturels qui facilitent les échanges, aux professionnels des collectivités territoriales qui promeuvent les arts et la culture, au public intéressé par la rencontre avec les artistes et leurs créations. Les lecteurs pourront d’ailleurs découvrir de nombreuses reproductions d’œuvres graphiques au fil des pages”.

Dominique Broussal, Véronique Bedin et Jean-François Marcel sont enseignants-chercheurs en Sciences de l’éducation et de la formation à l’Université Toulouse – Jean Jaurès (France). Ils effectuent leurs recherches au sein de l’Unité Mixte de Recherche «Éducation, Formation, Travail, Savoirs » (UMR EFTS).

Le genre à l’école : un objet social et scientifique. Restitution des résultats de recherches collaboratives.

Mis en avant

Poster journée d’étude “Genre à l’école”, UT2J, EFTS

Mercredi 1er décembre, une trentaine de personnes s’est réunie à la maison de la recherche de l’UT2J pour participer à la journée d’étude « Genre à l’École : regards croisés sur une collaboration enseignant·es-chercheur·es »[1].

Organisée par Ingrid Verscheure (MCF HDR, UMR EFTS) et Claire Debars (docteure, UMR EFTS), cette journée avait pour objectif de diffuser et valoriser les résultats du « partenariat d’aventure » construit entre l’école primaire Gaston Bonheur de Balma (31) et l’UMR EFTS (UT2J).

Ce partenariat, élaboré entre enseignant·es et chercheur·ses, s’inscrit dans la volonté des équipes éducatives de développer la question du genre à l’école et ce, en collaboration avec une équipe de recherche. C’est ainsi que, depuis 2015, quatre recherches ont été menées, dont une toujours en cours, sur cette thématique : « Mixité filles-garçons dans les temps scolaires et périscolaires » (2015-2016), « EÇACHANGE »[2] (2017-2019), « AGIREEPS »[3] (2019-2021) et « VIT’G-EPS[4] » 2021-2023)[5]. À partir d’une approche didactique, portée par Ingrid Verscheure et d’une démarche participative, mettant en place des situations permettant de repérer les stéréotypes de genre, les participant·es aux recherches ont pu produire des connaissances s’inscrivant dans une perspective d’éducation non discriminante. Dans le cadre de cette journée d’étude, ce sont les résultats liés aux deux premières recherches (« Mixité filles-garçons dans les temps scolaires et périscolaires » et « EÇACHANGE ») qui ont été présentées plus en détail. Organisée en cinq temps, et se voulant, à l’image des recherches, participative, cette manifestation a fait intervenir des acteurs et actrices issus d’horizons divers.


Photo prise lors de la journée d’étude “Genre à l’école”

La journée a débuté par l’intervention de Christine Ducamp, représentante de l’UMR EFTS qui pointait l’intérêt de cette journée d’étude, en tant que lieu de rencontre et d’échanges entre différent·es acteurs et actrices et manière de valoriser et diffuser les savoirs de la recherche vers les publics concernés ; et Thierry Duez, inspecteur de l’Éducation Nationale, qui exprimait toute sa satisfaction à participer à cette journée. Il a ainsi souligné l’intérêt social tant de la thématique que de la démarche collaborative qui est, pour lui, une démarche à encourager au sein de l’Éducation Nationale. Après ces propos introductifs, c’est Ingrid Verscheure qui, après quelques mots d’accueil et de remerciements, est intervenue pour présenter le contexte d’élaboration de la collaboration ainsi que sa mise en œuvre. Nous découvrions alors les diverses activités mises en place pour mettre au jour les stéréotypes et les déconstruire : la mise en discussion des élèves autour des images de « Papa Ours » et « Maman Ours », ou encore la mise en action des enfants dont il était demandé de « courir comme des filles », « courir comme des garçons » ou « courir comme d’habitude », pour n’en citer que quelques-unes. Une focale a ensuite été réalisée par Lucie Aussel (MCF, UMR EFTS) sur la démarche, c’est-à-dire sur la conduite de ces recherches. Elle a plus particulièrement interrogé la conduite et/ou l’accompagnement du changement et l’enjeu de la responsabilité épistémique dans ces démarches collaboratives. Enfin, la matinée s’est achevée sur la restitution de trois recherches portées par Martine Vinson, Mélanie Cillard et Stéphanie Cano, étudiantes de Master 2 en sciences de l’éducation et de la formation à l’UT2J. Ces présentations ont été produites à partir des résultats d’analyse d’enquêtes réalisées dans le cadre de cette collaboration. Par exemple, Martine Vinson a restitué sa recherche « Courir comme… » où elle comparait la manière dont les enfants courent selon que la consigne est de « courir comme un fille », de « courir comme un garçon » ou de « courir comme d’habitude », et la manière dont ils ou elles en parlent dans le cadre d’un débat.

Après la pause déjeuner, une conférence intitulée « 40 ans de politiques “égalité” dans l’Éducation Nationale, et maintenant ? » a été présentée, à distance, par Isabelle Collet (PU, G-RIRE, Université de Genève). Cette présentation, par une analyse rétrospective des conventions sur l’égalité filles-garçons dans le système éducatif, a mis en relief les inégalités scolaires que les enfants subissent à l’école en termes d’orientation notamment. C’est par un temps d’échange avec le public que cette intervention a pris fin. Il s’en est suivi une table ronde réunissant trois enseignantes des écoles Gaston Bonheur : Carine Barale (CP), Nathalie Coquillat (grande section de maternelle) et Cathy Gonzalez (CM2). Elles ont, tour à tour, et en interaction avec la salle, réagi à trois questions portant sur leur engagement dans ces recherches (Pourquoi s’être engagées ?), sur les transformations opérées ou à opérer (Qu’est-ce qui a changé ? Que reste-t-il à transformer ? Qu’est-ce qui ne peut pas changer ?), et enfin sur les principales contraintes et bénéfices de cet engagement.

Cette journée s’est clôturée par un regard rétrospectif avec l’intervention de Chantal Amade-Escot (PU émérite, UMR EFTS) qui a rappelé les points forts de ce partenariat. Le premier tient à l’originalité de l’approche scientifique de la thématique du genre par la didactique. Le second fait référence à la modalité de diffusion et de valorisation des résultats sous forme de journée d’étude adressée tant aux personnes ayant participé aux recherches, qu’aux communautés éducatives – représentées par des enseignant·es, du personnel périscolaire et des parents d’élève – et scientifique, avec la présence de masterant·es, doctorant·es et enseignant·es-chercheur·ses.

La mise en débat des résultats, la participation des différent·es acteurs et actrices à cette journée, la richesse des échanges – que plus d’un·e aurait souhaité prolonger – auront permis au collectif d’envisager d’ores et déjà un prolongement de ce « partenariat d’aventure ». Cette expression, qui prend ici tout son sens, vient ainsi illustrer l’inter-enrichissement produit par des démarches mettant en relation des acteurs et actrices de la sphère sociale et de la sphère académique.

Christelle CHAUFFRIASSE.

[1] Cette journée a bénéficié du soutien financier de l’UMR EFTS

[2] École primaire – Cycles des Apprentissages– conduite du CHANgement- positionnement de Genre.

[3] Puissance d’AGIR des Élèves à l’école primaire en EPS.

[4] Classes VITaminées à l’EPS pour lutter contre les inégalités de Genre

[5] Ces recherches ont bénéficié du soutien financier de la SFR AEF de l’ESPÉ Toulouse – Midi-Pyrénées.

Annonce de la journée d’étude sur le genre

Mis en avant

Mercredi 1er décembre 2021, à la maison de recherche du campus du Mirail, aura lieu la journée d’étude « Genre à l’école : regards croisés sur une collaboration enseignant·es-chercheu·es ».

Cette journée se tiendra de 9h à 16h30, amphi F417 (4e étage de la maison de la recherche).

Toute personne interessée peut s’inscrire via le lien suivant (lien également disponible directement sur l’affiche) – inscription gratuite :

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfl6hpFCBnTKfvYN0L-cneiYDdPia3Y5NI9tH9dEe6LqCQKtQ/viewform

« Cette journée concerne les recherches collaboratives menées depuis 2014 (“Mixité filles – garçons dans les temps scolaires et périscolaire”, puis EÇACHANGE) avec l’école Gaston Bonheur de Balma (31130). Cette recherche longitudinale a été menée dans l’école avec plusieurs enseignantes qui ont été sensibilisées aux problématiques du Genre dans le cadre scolaire. Cette recherche trouve son origine au cœur des orientations ministérielles des “ABCD de l’égalité” puis du “Plan d’action pour l’égalité des filles et des garçons à l’école”.  Les équipes pédagogiques et de recherche ont collaboré pour co-construire des séquences d’apprentissage visant une plus grande égalité.

Cette journée d’étude se veut être un lieu de rencontre – échanges entre les enseignant·es et chercheur·es ayant participé aux recherches, avec étudiant·es ayant travaillé autour des données ainsi que des éclairages plus théoriques par des conférencières spécialistes du genre, de didactique et de la conduite du changement dans le cadre des recherches collaboratives, dans l’optique à la fois d’une valorisation des savoirs de la recherche mais aussi d’une diffusion vers les publics concernés ».