Apprendre à apprendre, oui mais pourquoi ?

Vincent VOISIN

Source : Philippe Geluck, « Le Chat »

En 1987, Philippe Meirieu publiait « Apprendre, oui mais comment », devenu rapidement un ouvrage de référence sur les questions d’enseignement / apprentissage. Trente ans plus tard, la question de « l’apprentissage efficace » est plus que jamais sur le devant de la scène, comme en témoigne actuellement l’impressionant développement de « l’apprendre à apprendre » dans les politiques éducatives nationales et internationales1.

En réalité, le « savoir apprendre », figure de l’idéal rationaliste, est une idée plus ancienne. Selon le philosophe Marcel Grauchet, on en retrouve les prémices au XVIIIème siècle dans la pensée du pédagogue suisse Johann Heinrich Pestalozzi, lui-même fortement inspiré par Rousseau. Depuis, le projet d’amélioration des capacités d’apprentissage des élèves a pris de nombreux visages. Au début du XXème siècle, Alfred Binet, le père du test de QI, élabore des exercices « d’orthopédie mentale » visant à « mettre en forme […] l’attention, la mémoire, la perception, la volonté et le jugement »2 des élèves en difficulté, afin de faciliter leur apprentissage ultérieur des contenus scolaires. Au début des années 40, c’est l’enseignement des « study skills » qui se développe dans les écoles et universités américaines. Dans les années 80, le mouvement de « l’éducabilité cognitive » se traduit en un florilège de méthodes et programmes visant à doter les élèves de techniques et méthodes pour « apprendre à penser »3, diversement nommées « habitudes fonctionnelles cognitives », « gestes mentaux » ou encore « stratégies de résolution de problèmes ». Derrière ce vocable, on retrouve des conseils pour mieux mémoriser, se concentrer, s’organiser ou encore gérer ses émotions. L’éducation cognitive a alors constitué un « formidable espoir de dépassement des problèmes d’éducation et de formation »4, en grande partie déçu par les évaluations scientifiques en demi-teinte qui en ont été faites. Dans les années 90, l’éducation cognitive, discréditée, disparut largement du paysage éducatif.

Continuer la lecture

L’appropriation de la prescription en éducation – Le cas de la réforme du collège

Parution d’ouvrage collectif coordonné par Emmanuelle Brossais (PU, Université Toulouse – Jean Jaurès) et Gwénaël Lefeuvre(MCF, Université Toulouse – Jean Jaurès).

Comment les différents acteurs de l’École, au sein de leurs pratiques quotidiennes, s’approprient-ils individuellement et collectivement une réforme ?

En 2016-2017, la refondation du système scolaire français est passée par la mise en œuvre d’une nouvelle réforme au collège. Ouvrir les coulisses de la réforme du collège : telle est l’ambition de cet ouvrage réalisé par une équipe de chercheurs en sciences de l’éducation.

Destiné aux chefs d’établissement, aux enseignants, aux décideurs politiques, aux formateurs, aux inspecteurs, aux étudiants, aux chercheurs, l’ouvrage décrit les processus de fabrication de la réforme du collège.

L’originalité du travail des auteurs consiste à avoir collecté et analysé des données de recherche inédites, à partir de relevés de terrain qui privilégient l’observation et la prise en compte du point de vue des sujets.

L’ouvrage est structuré en trois parties : la première partie s’intitule « Réformer l’école : finalités, outils et dispositifs, pour quel(s) changement(s) ? ». Centrée sur les dimensions politiques, sociales et historiques de la réforme, elle la situe dans le contexte des politiques éducatives internationales. La deuxième partie porte sur les modalités d’accompagnement des acteurs professionnels dans la conception et la mise en œuvre d’une réforme au collège, en particulier en étudiant le rôle des chefs d’établissement. La troisième partie analyse la manière dont certains dispositifs prescrits, comme les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) et l’accompagnement personnalisé (AP), affectent les pratiques des acteurs éducatifs dans leur contexte local.

Gwénaël Lefeuvre est maître de conférences en sciences de l’éducation à l’Université de Toulouse Jean Jaurès. Ses travaux portent sur le lien entre les politiques éducatives, le travail collectif des enseignants et les processus d’enseignement-apprentissage.

Emmanuelle Brossais est professeure des universités en sciences de l’éducation à l’Université de Toulouse Jean Jaurès, ESPE de Toulouse Midi-Pyrénées. Elle inscrit ses travaux dans le cadre de la clinique analytique des processus d’enseignement et d’apprentissage, référée à la psychanalyse freudienne et lacanienne. Ses recherches actuelles portent sur l’inclusion scolaire et l’enseignement des questions sensibles et savoirs controversés.

Emmanuelle Brossais et Gwénaël Lefeuvre sont membres de l’UMR EFTS (Éducation, Formation, Travail, Savoirs) et co-dirigent l’axe thématique « processus d’éducation, d’enseignement et d’apprentissage ».

6ème Colloque International en Education : enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante

La sixième édition du colloque International en Education se tiendra à Montréal les 25 et 26 avril 2019. La date limite pour soumettre une proposition de communication est fixée au 24 novembre 2018. Pour plus d’informations : https://colloque2019.crifpe.ca/fr

Le développement professionnel des enseignants-chercheurs

Introduction

Cet article est inspiré par la conférence de Philippe Parmentier[1] intitulée « Chercher ou enseigner : une injonction paradoxale ? » présentée à l’Université de Toulouse le 30 janvier 2018 et organisée par le Service Interuniversitaire de Pédagogie (SiUP[2]). Il s’agit d’une réflexion sous l’angle de la formation et du développement professionnel des enseignants-chercheurs[3] et non pas d’un état des lieux exhaustif de la question. Ci-dessous la vidéo de la conférence :

Continuer la lecture

Transitions… Une question de mue

Ce qui m’a plu dans le titre de ce carnet, c’est l’état provisoire sous entendu, qui permet à la structure carnet d’offrir un peu de stabilité à un public en mutation.

Car c’est bien une mue que je ressens, à plusieurs niveaux. Un changement de « corps » se profile pour la professeure des écoles tranquille que je suis, installée dans ma campagne depuis une dizaine d’année. Il est en effet probable que je changerai de métier après cette expérience.

C’est aussi pendant toutes les années d’écriture de la thèse, l’impression de plus avoir sa place précisément quelque part : Si petite à la fac, dans les séminaires, et devenue atypique dans les cours d’école.

J’étais bien dans ma classe, avec mes petits élèves, alors pourquoi un matin, ai-je eu l’idée de reprendre des études ? Continuer la lecture

Retour d’atelier « L’écriture inclusive dans l’écriture scientifique : Pourquoi ? Comment ? »

Préface 

Le laboratoire junior LJEFTS a organisé le 12 avril 2018 un atelier de réflexion autour de la question de l’écriture inclusive intitulé « L’écriture inclusive dans l’écriture scientifique : Pourquoi ? Comment ? ». Cet article a pour vocation de présenter un compte rendu de l’atelier enrichi de débats qui ont émergé à travers les échanges entre les participant.es. Non expertes, nos propos n’ont, en aucun cas, une visée injonctive.

Pourquoi avons-nous choisi cette thématique ? L’écriture inclusive vient interroger le langage dans sa dimension symbolique. En Sciences Humaines et Sociales, ce travail de décryptage et d’analyse du langage est central. De plus, un des objectifs du LJEFTS est de créer des espaces de réflexion transdisciplinaire. L’écriture inclusive soulève des questions d’écriture scientifique au-delà des disciplines. Nous avons donc proposé aux doctorantes et doctorants un moment d’échanges et de réflexion sur cette question. Nous nous sommes ainsi appuyées sur des ressources de disciplines diverses en SHS (linguistique, histoire, littérature, sociologie, sciences de l’éducation…) afin de préparer l’atelier. La présence d’Ingrid Verscheure, maître de conférences en Sciences de l’Éducation à l’Université Toulouse – Jean Jaurès, comme « grande témoin » a participé à l’enrichissement du débat. Continuer la lecture

Présentation d’une recherche en cours intitulée « Dis-continuité-s éducative-s : processus et enjeux liés aux activités éducatives dans et hors l’école » – partie 2

Cet article complète le précédent ayant présenté quelques points saillants de notre recherche en cours : des éléments de contexte des politiques éducatives, des pistes de définition de l’objet de recherche, ainsi qu’une approche de la coéducation.

En cette seconde partie, nous éclairons la question de « continuité éducative » d’une réflexion sur les spécificités de l’enfance en termes de temps et de rythmes, interrogeant la responsabilité sociale à cet égard. Nous terminons par un détour sur la dichotomie « continuité/discontinuités éducatives ».

« Il y a des jours, des mois, des années interminables où il ne se passe presque rien. Il y a des minutes et des secondes qui contiennent tout un monde. » Jean d’Ormesson, « Voyez comme on danse ». Continuer la lecture

Présentation d’une recherche en cours intitulée « Dis-continuité-s éducative-s : processus et enjeux liés aux activités éducatives dans et hors l’école » – partie 1

« Il y a quelque temps que je me suis aperçu que, dès mes premières années, j’avais reçu quantité de fausses opinions pour véritables, et que ce que j’ai depuis fondé sur des principes si mal assurés ne pouvait être que fort douteux et incertain ; de façon qu’il me fallait entreprendre une fois en ma vie de me défaire de toutes les opinions que j’avais jusques alors reçues en ma créance (…) si je voulais établir quelque chose de ferme et de constant dans les sciences. » Descartes, Méditations métaphysiques

À l’instar de Descartes, nous avons entrepris de nous défaire de toutes les opinions reçues au cours de notre expérience en tant qu’acteur éducatif. Et c’est dans une posture scientifique que nous avons décidé d’interroger un objet qui motiva nos actions en tant que professionnelle de l’éducation : la « continuité éducative ».

Du fait de l’importance donnée à cet objet dans les sphères éducatives [1], il semble pertinent d’en comprendre les enjeux et processus, et pour commencer même, d’en saisir la signification. C’est pourquoi nous avons entrepris cette démarche de recherche, dans le champ disciplinaire des Sciences de l’Éducation, au sein de l’Unité Mixte de Recherche EFTS, Éducation, Formation, Travail et Savoirs. Continuer la lecture

Atelier « Présentation de travaux de recherche »

Le prochain atelier du Laboratoire Junior LJEFTS aura lieu le mercredi 28 mars à l’ENSFEA (2 route de Narbonne 31326 Castanet Tolosan). Trois doctorants de l’UMR EFTS présenteront les travaux entamés dans le cadre de leur thèse.

  • Sandra CADIOU : « Apprentissage de l’écriture de fiction en lycée pro (didactique clinique) »
  • Jocelyne PAMBO : « Les pratiques professionnelles des éducateurs spécialisés auprès d’enfants autistes au Gabon et au Sénégal »
  • Vincent VOISIN : « Présentation d’une recherche collaborative visant l’amélioration d’un dispositif « d’apprendre à apprendre » dans une Ecole de la Deuxième Chance ».

Un moment d’échanges suivra les présentations.

Entrée libre. Inscription avant le 26 mars au labojuniorefts@gmail.com.

« Enseignez à vivre ! »

Edgar Morin, l’éducation innovante et le LJEFTS

Platon avait tout dit sur l’enseignement : « Pour enseigner, il faut l’éros, l’amour pour ce qu’on enseigne et l’amour pour les élèves ».
Avec ces mots d’Edgar Morin, sociologue et philosophe français, commence le film documentaire « Enseignez à vivre ! » d’Abraham Segal actuellement en salles. Ce film met en valeur les pensées d’Edgar Morin sur l’éducation et les pratiques éducatives « innovantes » dans cinq établissements publics français. On suit, à travers leurs témoignages, des élèves « décrocheurs » du Pôle Innovant Lycéen et du Microlycée de Vitry-sur-Seine, ainsi que des élèves et des équipes pédagogiques du Lycée Edgar Morin de Douai, du Lycée Autogéré de Paris et de l’École Decroly de Saint-Mandé. Continuer la lecture

REPORTEE ! Exposition : 15 grandes figures en sciences de l’éducation

Cette exposition inaugurée lors du colloque Mêlées et démêlés, 50 ans de recherches en sciences de l’éducation (Toulouse, UT2J, UMR EFTS), présente l’équipe de rugby des 15 grandes figures en sciences de l’éducation.

Les 15 grandes figures sélectionnées par le coach Marguerite Altet sont : Jean-Marie Barbier, Georges-Louis Baron, Elisabeth Bautier, Claudine Blanchard-Laville, Bernard Charlot, Michel Develay, Marie Duru-Bellat, Jean Houssaye, Claude Lelievre, Jean-Louis Martinand, Philippe Meirieu, Nicole Mosconi, Henri Peyronie, Patrick Rayou et Yves Reuter. Un tableau additionnel, rend hommage à l’un des fondateurs des sciences de l’éducation, Gaston Mialaret. Chaque poster est accompagné d’un portrait artistique de la grande figure.

Chaque grande figure a répondu aux questions suivantes :

  • Quelle est la controverse la plus importante, selon vous, dans l’histoire des sciences de l’éducation ?
  • Comment imaginez-vous les sciences de l’éducation dans 20 ans ?

Vous pouvez découvrir l’exposition en l’accueillant dans vos locaux, ou en allant la visiter lors d’un de ses voyages.

Pour plus d’information : http://blogs.univ-tlse2.fr/15grandesfigures-scedu/

Contact : meleesde@univ-tlse2.fr

Journée « Financer sa thèse » – lundi 22 janvier 2018 (UT2J)

Les représentants des écoles doctorales ALLPH@, CLESCO et TESC vous invitent à la journée « Financer sa thèse », lundi 22 janvier de 9h00 à 12h30 (UT2J – Nouvelle Maison de la Recherche – Amphi F417). Cette année, elle se concentrera sur les financements en cours de thèse spécifiquement destinés aux doctorants.

L’affiche et le programme

En espérant vous y croiser autour d’un café !

L’initiative Laboratoire Junior en questions

Ouvrir le bal

C’est donc à moi que revient l’honneur d’ouvrir le bal des articles pour ce nouveau carnet Hypothèses du Laboratoire Junior EFTS (Éducation, Formation, Travail, Savoirs). Peut être faut-il dans un premier temps dire quelques mots du nom que nous avons choisi pour ce carnet : « Transitions ». Passer progressivement d’un état à un autre, partir d’un point A pour arriver jusqu’à un point B. Ce laboratoire « Junior » – je reviendrai longuement sur ce qualificatif, vous l’aurez compris vu le titre de l’article – se compose effectivement de chercheurs en formation et en devenir, puisque nous sommes tous actuellement en cours de doctorat, ou fraîchement docteurs en Sciences de l’Éducation. Il est à noter que nous ouvrons également nos portes aux étudiants de Master qui souhaiteraient nous rejoindre. Il se veut comme un espace d’échanges plus ou moins institutionnels destiné aux « non titulaires ». Ce carnet a donc pour objectif, entre autres choses, de nous aider à transiter dans ce cheminement parfois long, tumultueux et solitaire de la thèse. Sans sous-entendu aucun quant à nos suivis et directions de thèse et sans qu’aucun de nous ne vive la thèse comme un fardeau, qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit. Gardons un peu de « silence breaking » pour 2018. Continuer la lecture