ça vient de paraître !

Mis en avant

Le partenariat en santé, Savoirs croisés entre patients, proches aidants, professionnels et chercheurs

Cet ouvrage collectif, coordonné par trois membres de l'unité EFTS, Patrick Lartiguet, Dominique Broussal, Michèle Saint-Jean et une médecin en santé publique Nathalie Szapiro, prolonge les débats engagés au cours du 2e colloque international sur le partenariat de soin avec les patients organisé en 2021 par l'UMR. Ce colloque venait interroger les avancées du partenariat en santé dans une visée de conduite et d’accompagnement du changement, partant du constat que si la société civile était acquise à la cause d’un patient acteur de sa santé, les modalités pour y parvenir n’en restaient pas moins des sujets de controverses.

Les contributions de cette édition (plus de vingt auteurs) donnent une voie à l’ensemble des acteurs du partenariat en santé : les milieux du soin, l’enseignement médical et paramédical, la recherche, l’organisation des établissements et des réseaux de santé, les collectifs associatifs ou encore de citoyens, et les politiques de santé. Le partenariat santé, parce qu’il implique de profonds changements, est interrogé à partir de recherches empiriques, de propositions conceptuelles ou encore de propositions issues de pratiques professionnelles ou d’expériences de vie avec la maladie.

L’ouvrage, composé de quatre grandes parties autour du partenariat en santé : changement et pouvoir en partage, questionner la relation de soin, questionner la formation des professionnels de santé et enfin intervention et émancipation, vise à offrir à tout lecteur, qu’il soit patient, proche aidant, professionnels de santé, étudiant en santé, institutionnel ou encore chercheur, des outils pratiques mais aussi conceptuels pour appréhender le partenariat en santé et prendre conscience de l’ensemble de ses enjeux afin d’envisager sa propre place d’acteur du changement.

Le partenariat en santé. Savoirs croisés entre patients, proches aidants, professionnels et chercheurs, coord. Patrick Lartiguet, Dominique Broussal, Michèle Saint-Jean, Nathalie Szapiro, éditions Seli Arslan, 2022

Sandrine Pavan

Écrire ma thèse : les in-dix-pensables !

Mis en avant

L’écriture, voilà une étape qui enthousiasme autant qu’elle peut inquiéter. Et pourtant elle est inévitable dans le processus de thèse. Heureusement, c’est une compétence, de fait, elle s’acquiert ! Pour contribuer à son développement, les participant·es du séminaire doctoral “Émancipation et Changement” de l’UMR EFTS (Université Toulouse II Jean Jaurès) proposent une affiche regroupant quelques astuces et conseils singuliers.

– Christelle Chauffriasse, Jeanne Piccardi et Tiowa Kienou –

Les JEFTS ont eu lieu les 10 et 11 février 2022 !

Mis en avant

Le comité d’organisation était composé d’Ingrid Verscheure, Dominique Broussal, Isabelle Fabre, Audrey Murillo, Sébastien Reynes, Céline Pottier, Patrick Lartiguet, Khouloud Chatti et Caroline-Marie Cavard.

La journée des doctorant·es

La première journée d’étude de l’UMR EFTS consacrée aux doctorant·es s’est déroulée jeudi 10 février sous un format hybride (distanciel le matin et présentiel et distanciel l’après-midi).

Le premier temps de la matinée était dédié à la présentation des différents conseils et services de l’UMR EFTS : conseils d’unité et scientifique, services administratifs et laboratoire junior. Nous avons également pu entendre les co-responsables de chaque thème ainsi qu’Emmanuelle Brossais, membre de l’Association des Enseignant·es Chercheur·es en Sciences de l’Éducation.

L’occasion pour les nouveaux·elles doctorant·es de visualiser les missions et le rôle de chacun·e, les ressources disponibles mais aussi d’entrevoir les perspectives des trois thèmes de recherche au sein du laboratoire :

Ensuite, un mot introductif des représentantes des doctorant·es (Caroline-Marie Cavard et Khouloud Chatti) a permis de planter le décor de ces journées d’étude à travers la thématique des partenariats et de passer le relais, pour Caroline-Marie, à Amina Mohamed Hassan, nouvelle représentante des doctorant·es.

Pour la suite de la matinée, Audrey Murillo a animé une table ronde intitulée « Quels sont les effets des partenariats de recherche sur les parcours de recherche des enseignant·es-chercheur·es ? » où participaient trois enseignantes-chercheuses : Marie-France Carnus, Fatiha Tali et Hélène Veyrac.

En début d’après-midi, deux tables rondes se sont déroulées avec pour objet l’évocation des contextes et enjeux des recherches doctorales en sciences de l’éducation et de la formation.

  • La première table ronde « L’école en terre (re)connue » animée par Khoulloud Chatti et Lougteb Doha (doctorantes) faisait intervenir les présentations des avancées des travaux de thèse de quatre doctorant·es :
    • Aurélie Canizares, en sciences de l’information et de la communication, s’intéresse à la médiation numérique des savoirs et à leur circulation dans des situations d’enseignement-apprentissage médiatisées (classe inversée, jeu sérieux, dispositif d’enseignement à distance).
    • Amina Mohamed Hassan mène une réflexion sur la co-construction de la compétence interculturelle dans un dispositif UPE2A (aide à l’apprentissage du français pour des élèves primo-arrivants et allophones).
    • Yollande Bilouka développe une thèse autour de l’utilisation du numérique en contexte scolaire gabonais et français et explore le lien entre celui-ci et la motivation des élèves (en tenant compte de leur origine sociale).
    • Eric Alabi s’intéresse dans sa thèse à la question de l’appropriation de l’approche par compétences au Bénin, entre idéologies et pratiques professionnelles.
  • La deuxième table ronde « La culture, la santé, l’intervention sociale : les écoles buissonnières » a donné lieu à la présentation de quatre autres doctorant·es :
    • Nicolas Chottin élabore ses travaux de thèse autour de la question de l’inclusion des personnes ayant une vulnérabilité sociale et/ou de santé notamment en lien avec les pratiques addictives.
    • Samuel Philippon s’intéresse aux enjeux de socialisation des jeunes des quartiers populaires dans le trafic de drogue (le deal comme expérience professionnelle) et l’influence de cette réalité sur le métier des éducateurs en prévention spécialisée, dans une approche ethnographique. 
    • Sandrine Pavan, en sciences de l’information et de la communication, s’intéresse au dispositif de la résidence d’artiste pour penser les manières d’habiter les espaces éducatifs dans une recherche-intervention au sein d’un lycée agricole.
    • Bruno Corneille, en sciences de l’information et de la communication, articule ses travaux de thèse autour du jardin comme dispositif de médiation et interroge la notion d’espaces dans le domaine de l’enseignement agricole (notamment l’aménagement paysager).

Ces tables rondes ont révélé la pluralité des contextes de recherche qui s’entremêlent et permettent de situer la recherche dans une « perspective systémique », comme le souligne les doctorant·es, en dépassant les différentes typologies de recherche.

Ces différentes présentations reflètent la visée heuristique de la recherche (produire des connaissances) et praxéologique (faire un pas pour atteindre le souhaitable ou amorcer le changement). La majorité des interventions relatent des approches qualitatives, une pluralité des thématiques rencontrées ainsi que des méthodologies et approches théoriques variées. Aussi, deux études sur quatre relèvent d’études comparative à l’international. Les doctorant·es soulignent enfin la question de la place du·de la chercheur·se dans la recherche partenariale et mettent en exergue la dimension transdisciplinaire propre aux Sciences de l’Éducation et de la Formation.

Deuxième journée EFTS : la journée thématique

La deuxième journée, introduite par la directrice de l’UMR Cécile Gardiès et la responsable du conseil scientifique, Ingrid Verscheure ; a débuté avec une conférence d’Isabelle Vinatier (Professeur des universités à l’université de Nantes) intitulée « Quelle place requiert pour les acteurs l’analyse de leur activité dans le cadre d’une recherche collaborative ? ». Dans la continuité des travaux de Vergnaud, s’inscrivant en didactique professionnelle, elle propose une réflexion en trois temps : le contexte de la formation ; une épistémologie du sujet capable ainsi que la place des acteurs dans les recherches collaboratives.

La suite de la matinée s’est déroulée en deux temps, l’un réservé aux doctorant·s, l’autre aux statutaires.

Caroline-Marie et Khouloud à l’origine de l’animation, nous ont proposé un format d’échanges attractif tel un world café numérique ! Patrick Lartiguet a également participé à l’organisation de ce temps.

Quatre salles virtuelles ont permis aux doctorant·es d’échanger sur la méthodologie, les choix théoriques, les recherches collaboratives / participatives ou enfin sur la notion de public / terrain. Un référent « porte-parole de salle » a pu finalement réaliser une retransmission en grand groupe en s’appuyant sur des nuages de mots.

La suite de la journée a mis au jour la présentation des actualités de la recherche à l’UMR EFTS en lien avec les partenariats (informations concernant le dépôt HAL, service valorisation et RGPD).

Enfin, le questionnement fil rouge autour des partenariats a été envisagé dans un dernier temps autour d’une conférence populaire nommée « Financement de la recherche et implication des acteurs : réalité ou fantasme ? ».

En quelques mots, Caroline-Marie nous dit que « la conférence poursuivait deux objectifs :

– produire la connaissance en s’appuyant sur les savoirs détenus par les participants, qu’elle mutualise.

– faire éprouver en grandeur réelle que ce partage n’est pas une utopie, mais qu’il est opérationnel. »

Voici pour illustration des questions proposées par les groupes :

  • Quelles conciliations entre une recherche artisanale (sens, liberté, précarité) et une recherche industrialisée (marchandisation, reconnaissance) ?
  • Qu’est-ce qui motive les acteurs non chercheurs à s’impliquer dans une recherche collaborative avec ou sans financement ?
  • Comment motiver les acteur·rices universitaires et institutionnels dans des actions communes de recherche ?
  • Le financement d’une recherche entrave ou libère le·la chercheur·se ?

– Manon Delbreil –

Sortie d’ouvrage ! “Expositions et œuvres en questions. Une recherche-intervention création dans un centre culturel toulousain”

Sous la direction de Dominique Broussal, Véronique Bedin et Jean-François Marcel.

“Cet ouvrage explore les liens entre la science et le monde artistique en valorisant une forme de recherche nouvelle et originale : la recherche-intervention création. Réalisée dans un cadre participatif intégrant les acteurs locaux, cette recherche place au cœur de l’analyse un centre culturel toulousain et dix-sept artistes de la région Occitanie ayant exposé dans cet espace ou y ayant proposé des activités.

Inscrite en Sciences de l’éducation et de la formation, la problématique développée défend l’idée que les œuvres assument une fonction éducative et émancipatrice, tant lors
de leur création que dans leur devenir. Elle met aussi l’accent sur le faire œuvre, en tant que modalité d’intervention des chercheurs et des artistes dans la vie de la cité.

L’ouvrage s’adresse aux universitaires et aux étudiants, aux artistes bien sûr, aux médiateurs culturels qui facilitent les échanges, aux professionnels des collectivités territoriales qui promeuvent les arts et la culture, au public intéressé par la rencontre avec les artistes et leurs créations. Les lecteurs pourront d’ailleurs découvrir de nombreuses reproductions d’œuvres graphiques au fil des pages”.

Dominique Broussal, Véronique Bedin et Jean-François Marcel sont enseignants-chercheurs en Sciences de l’éducation et de la formation à l’Université Toulouse – Jean Jaurès (France). Ils effectuent leurs recherches au sein de l’Unité Mixte de Recherche «Éducation, Formation, Travail, Savoirs » (UMR EFTS).

Le genre à l’école : un objet social et scientifique. Restitution des résultats de recherches collaboratives.

Mis en avant

Poster journée d’étude “Genre à l’école”, UT2J, EFTS

Mercredi 1er décembre, une trentaine de personnes s’est réunie à la maison de la recherche de l’UT2J pour participer à la journée d’étude « Genre à l’École : regards croisés sur une collaboration enseignant·es-chercheur·es »[1].

Organisée par Ingrid Verscheure (MCF HDR, UMR EFTS) et Claire Debars (docteure, UMR EFTS), cette journée avait pour objectif de diffuser et valoriser les résultats du « partenariat d’aventure » construit entre l’école primaire Gaston Bonheur de Balma (31) et l’UMR EFTS (UT2J).

Ce partenariat, élaboré entre enseignant·es et chercheur·ses, s’inscrit dans la volonté des équipes éducatives de développer la question du genre à l’école et ce, en collaboration avec une équipe de recherche. C’est ainsi que, depuis 2015, quatre recherches ont été menées, dont une toujours en cours, sur cette thématique : « Mixité filles-garçons dans les temps scolaires et périscolaires » (2015-2016), « EÇACHANGE »[2] (2017-2019), « AGIREEPS »[3] (2019-2021) et « VIT’G-EPS[4] » 2021-2023)[5]. À partir d’une approche didactique, portée par Ingrid Verscheure et d’une démarche participative, mettant en place des situations permettant de repérer les stéréotypes de genre, les participant·es aux recherches ont pu produire des connaissances s’inscrivant dans une perspective d’éducation non discriminante. Dans le cadre de cette journée d’étude, ce sont les résultats liés aux deux premières recherches (« Mixité filles-garçons dans les temps scolaires et périscolaires » et « EÇACHANGE ») qui ont été présentées plus en détail. Organisée en cinq temps, et se voulant, à l’image des recherches, participative, cette manifestation a fait intervenir des acteurs et actrices issus d’horizons divers.


Photo prise lors de la journée d’étude “Genre à l’école”

La journée a débuté par l’intervention de Christine Ducamp, représentante de l’UMR EFTS qui pointait l’intérêt de cette journée d’étude, en tant que lieu de rencontre et d’échanges entre différent·es acteurs et actrices et manière de valoriser et diffuser les savoirs de la recherche vers les publics concernés ; et Thierry Duez, inspecteur de l’Éducation Nationale, qui exprimait toute sa satisfaction à participer à cette journée. Il a ainsi souligné l’intérêt social tant de la thématique que de la démarche collaborative qui est, pour lui, une démarche à encourager au sein de l’Éducation Nationale. Après ces propos introductifs, c’est Ingrid Verscheure qui, après quelques mots d’accueil et de remerciements, est intervenue pour présenter le contexte d’élaboration de la collaboration ainsi que sa mise en œuvre. Nous découvrions alors les diverses activités mises en place pour mettre au jour les stéréotypes et les déconstruire : la mise en discussion des élèves autour des images de « Papa Ours » et « Maman Ours », ou encore la mise en action des enfants dont il était demandé de « courir comme des filles », « courir comme des garçons » ou « courir comme d’habitude », pour n’en citer que quelques-unes. Une focale a ensuite été réalisée par Lucie Aussel (MCF, UMR EFTS) sur la démarche, c’est-à-dire sur la conduite de ces recherches. Elle a plus particulièrement interrogé la conduite et/ou l’accompagnement du changement et l’enjeu de la responsabilité épistémique dans ces démarches collaboratives. Enfin, la matinée s’est achevée sur la restitution de trois recherches portées par Martine Vinson, Mélanie Cillard et Stéphanie Cano, étudiantes de Master 2 en sciences de l’éducation et de la formation à l’UT2J. Ces présentations ont été produites à partir des résultats d’analyse d’enquêtes réalisées dans le cadre de cette collaboration. Par exemple, Martine Vinson a restitué sa recherche « Courir comme… » où elle comparait la manière dont les enfants courent selon que la consigne est de « courir comme un fille », de « courir comme un garçon » ou de « courir comme d’habitude », et la manière dont ils ou elles en parlent dans le cadre d’un débat.

Après la pause déjeuner, une conférence intitulée « 40 ans de politiques “égalité” dans l’Éducation Nationale, et maintenant ? » a été présentée, à distance, par Isabelle Collet (PU, G-RIRE, Université de Genève). Cette présentation, par une analyse rétrospective des conventions sur l’égalité filles-garçons dans le système éducatif, a mis en relief les inégalités scolaires que les enfants subissent à l’école en termes d’orientation notamment. C’est par un temps d’échange avec le public que cette intervention a pris fin. Il s’en est suivi une table ronde réunissant trois enseignantes des écoles Gaston Bonheur : Carine Barale (CP), Nathalie Coquillat (grande section de maternelle) et Cathy Gonzalez (CM2). Elles ont, tour à tour, et en interaction avec la salle, réagi à trois questions portant sur leur engagement dans ces recherches (Pourquoi s’être engagées ?), sur les transformations opérées ou à opérer (Qu’est-ce qui a changé ? Que reste-t-il à transformer ? Qu’est-ce qui ne peut pas changer ?), et enfin sur les principales contraintes et bénéfices de cet engagement.

Cette journée s’est clôturée par un regard rétrospectif avec l’intervention de Chantal Amade-Escot (PU émérite, UMR EFTS) qui a rappelé les points forts de ce partenariat. Le premier tient à l’originalité de l’approche scientifique de la thématique du genre par la didactique. Le second fait référence à la modalité de diffusion et de valorisation des résultats sous forme de journée d’étude adressée tant aux personnes ayant participé aux recherches, qu’aux communautés éducatives – représentées par des enseignant·es, du personnel périscolaire et des parents d’élève – et scientifique, avec la présence de masterant·es, doctorant·es et enseignant·es-chercheur·ses.

La mise en débat des résultats, la participation des différent·es acteurs et actrices à cette journée, la richesse des échanges – que plus d’un·e aurait souhaité prolonger – auront permis au collectif d’envisager d’ores et déjà un prolongement de ce « partenariat d’aventure ». Cette expression, qui prend ici tout son sens, vient ainsi illustrer l’inter-enrichissement produit par des démarches mettant en relation des acteurs et actrices de la sphère sociale et de la sphère académique.

Christelle CHAUFFRIASSE.

[1] Cette journée a bénéficié du soutien financier de l’UMR EFTS

[2] École primaire – Cycles des Apprentissages– conduite du CHANgement- positionnement de Genre.

[3] Puissance d’AGIR des Élèves à l’école primaire en EPS.

[4] Classes VITaminées à l’EPS pour lutter contre les inégalités de Genre

[5] Ces recherches ont bénéficié du soutien financier de la SFR AEF de l’ESPÉ Toulouse – Midi-Pyrénées.

Je pars en thèse !

Destiné aux doctorants et jeunes docteurs, cet ouvrage propose des conseils qui couvrent l’ensemble du processus d’élaboration de la thèse. Ses rédacteurs, enseignants-chercheurs reconnus, mobilisent leurs expériences pour dévoiler les stratégies efficaces et alerter sur les pièges potentiels. Loin de la logique d’un manuel, il adopte la forme d’échanges de courriels, ce qui offre une tonalité originale à son propos. Il comporte trois parties : « Choisir de s’engager en thèse », « Vivre et éprouver sa thèse » et « Se confronter à la communauté et à la société ». L’ouvrage peut se lire en picorant parmi les 28 thèmes, par plaisir ou par besoin de conseils ciblés. Il peut aussi se lire chronologiquement, pour suivre le processus de thèse depuis sa construction jusqu’à ses différents prolongements. En fait, il propose de vous accompagner dans la découverte et l’exploration du contexte doctoral : « Alors, tu pars en thèse ? ».

Les Sciences de l’éducation, pour quoi faire ?

Quels sont les rapports entre action et connaissance ? Depuis leur origine, cette question vive alimente les controverses en Sciences de l’éducation, discipline ancrée dans les pratiques éducatives et sociales. Cinquante ans après sa création, Véronique Bedin (Université Toulouse – Jean Jaurès), Serge Franc (Faculté d’Education de l’Université de Montpellier) et Daniel Guy (Université Toulouse – Jean Jaurès) sont revenus sur ce questionnement qui se pose toujours avec autant d’acuité. Dans le cadre ouvert de la francophonie, ils en ont actualisé les éléments du débat avec des focales d’analyse croisées et originales. Leur ouvrage, LES SCIENCES DE L’ÉDUCATION : POUR QUOI FAIRE ? Entre action et connaissance, est paru aux éditions l’Harmattan en Octobre 2019. Un site internet compagnon à l’ouvrage a été créé. Vous pouvez le consulter en cliquant ici

Des membres du laboratoire Junior EFTS ont également contribué à ce travail. Vincent Voisin a écrit un chapitre “La recherche entre action et connaissance. Le cas de l’aide au pilotage d’un dispositif d’éducation cognitive” dont la présentation se trouve ici.

Comme dernier temps du symposium « Logique d’action vs logique de connaissance » dont le présent ouvrage rend compte, quatre doctorants et membres du laboratoire (Étienne Ariza, Brigitte Mimart, Gregory Moulin et Vincent Voisin) accompagnés et guidés par un enseignant-chercheur, par ailleurs artiste et auteur de cette invitation, Philippe Sahuc, tous membres de l’entrée thématique « conduite et accompagnement du changement » de l’UMR EFTS se sont offerts en personnages, campant d’abord une table-ronde supposée contemporaine où se sont exprimées des formes actuelles de la controverse, puis deux scènes d’anticipation. Après chaque saynète, les participants au symposium étaient invités à prendre la place de tel ou tel personnage, pour prolonger ou rectifier l’expression de la controverse. La vidéo qui retrace leur travail se trouve ici.

Bonne lecture et bon visionnage !

Apprendre à apprendre, oui mais pourquoi ?

Vincent VOISIN

Source : Philippe Geluck, “Le Chat”

En 1987, Philippe Meirieu publiait “Apprendre, oui mais comment”, devenu rapidement un ouvrage de référence sur les questions d’enseignement / apprentissage. Trente ans plus tard, la question de “l’apprentissage efficace” est plus que jamais sur le devant de la scène, comme en témoigne actuellement l’impressionant développement de “l’apprendre à apprendre” dans les politiques éducatives nationales et internationales1.

En réalité, le “savoir apprendre”, figure de l’idéal rationaliste, est une idée plus ancienne. Selon le philosophe Marcel Grauchet, on en retrouve les prémices au XVIIIème siècle dans la pensée du pédagogue suisse Johann Heinrich Pestalozzi, lui-même fortement inspiré par Rousseau. Depuis, le projet d’amélioration des capacités d’apprentissage des élèves a pris de nombreux visages. Au début du XXème siècle, Alfred Binet, le père du test de QI, élabore des exercices “d’orthopédie mentale” visant à “mettre en forme […] l’attention, la mémoire, la perception, la volonté et le jugement”2 des élèves en difficulté, afin de faciliter leur apprentissage ultérieur des contenus scolaires. Au début des années 40, c’est l’enseignement des “study skills” qui se développe dans les écoles et universités américaines. Dans les années 80, le mouvement de “l’éducabilité cognitive” se traduit en un florilège de méthodes et programmes visant à doter les élèves de techniques et méthodes pour “apprendre à penser”3, diversement nommées “habitudes fonctionnelles cognitives”, “gestes mentaux” ou encore “stratégies de résolution de problèmes”. Derrière ce vocable, on retrouve des conseils pour mieux mémoriser, se concentrer, s’organiser ou encore gérer ses émotions. L’éducation cognitive a alors constitué un “formidable espoir de dépassement des problèmes d’éducation et de formation”4, en grande partie déçu par les évaluations scientifiques en demi-teinte qui en ont été faites. Dans les années 90, l’éducation cognitive, discréditée, disparut largement du paysage éducatif.

Continuer la lecture

Le développement professionnel des enseignants-chercheurs

Introduction

Cet article est inspiré par la conférence de Philippe Parmentier[1] intitulée « Chercher ou enseigner : une injonction paradoxale ? » présentée à l’Université de Toulouse le 30 janvier 2018 et organisée par le Service Interuniversitaire de Pédagogie (SiUP[2]). Il s’agit d’une réflexion sous l’angle de la formation et du développement professionnel des enseignants-chercheurs[3] et non pas d’un état des lieux exhaustif de la question. Ci-dessous la vidéo de la conférence :

Continuer la lecture

Transitions… Une question de mue

Ce qui m’a plu dans le titre de ce carnet, c’est l’état provisoire sous entendu, qui permet à la structure carnet d’offrir un peu de stabilité à un public en mutation.

Car c’est bien une mue que je ressens, à plusieurs niveaux. Un changement de « corps » se profile pour la professeure des écoles tranquille que je suis, installée dans ma campagne depuis une dizaine d’année. Il est en effet probable que je changerai de métier après cette expérience.

C’est aussi pendant toutes les années d’écriture de la thèse, l’impression de plus avoir sa place précisément quelque part : Si petite à la fac, dans les séminaires, et devenue atypique dans les cours d’école.

J’étais bien dans ma classe, avec mes petits élèves, alors pourquoi un matin, ai-je eu l’idée de reprendre des études ? Continuer la lecture

Retour d’atelier « L’écriture inclusive dans l’écriture scientifique : Pourquoi ? Comment ? »

Préface 

Le laboratoire junior LJEFTS a organisé le 12 avril 2018 un atelier de réflexion autour de la question de l’écriture inclusive intitulé « L’écriture inclusive dans l’écriture scientifique : Pourquoi ? Comment ? ». Cet article a pour vocation de présenter un compte rendu de l’atelier enrichi de débats qui ont émergé à travers les échanges entre les participant.es. Non expertes, nos propos n’ont, en aucun cas, une visée injonctive.

Pourquoi avons-nous choisi cette thématique ? L’écriture inclusive vient interroger le langage dans sa dimension symbolique. En Sciences Humaines et Sociales, ce travail de décryptage et d’analyse du langage est central. De plus, un des objectifs du LJEFTS est de créer des espaces de réflexion transdisciplinaire. L’écriture inclusive soulève des questions d’écriture scientifique au-delà des disciplines. Nous avons donc proposé aux doctorantes et doctorants un moment d’échanges et de réflexion sur cette question. Nous nous sommes ainsi appuyées sur des ressources de disciplines diverses en SHS (linguistique, histoire, littérature, sociologie, sciences de l’éducation…) afin de préparer l’atelier. La présence d’Ingrid Verscheure, maître de conférences en Sciences de l’Éducation à l’Université Toulouse – Jean Jaurès, comme « grande témoin » a participé à l’enrichissement du débat. Continuer la lecture

Présentation d’une recherche en cours intitulée “Dis-continuité-s éducative-s : processus et enjeux liés aux activités éducatives dans et hors l’école” – partie 2

Cet article complète le précédent ayant présenté quelques points saillants de notre recherche en cours : des éléments de contexte des politiques éducatives, des pistes de définition de l’objet de recherche, ainsi qu’une approche de la coéducation.

En cette seconde partie, nous éclairons la question de « continuité éducative » d’une réflexion sur les spécificités de l’enfance en termes de temps et de rythmes, interrogeant la responsabilité sociale à cet égard. Nous terminons par un détour sur la dichotomie « continuité/discontinuités éducatives ».

« Il y a des jours, des mois, des années interminables où il ne se passe presque rien. Il y a des minutes et des secondes qui contiennent tout un monde. » Jean d’Ormesson, « Voyez comme on danse ». Continuer la lecture

Présentation d’une recherche en cours intitulée “Dis-continuité-s éducative-s : processus et enjeux liés aux activités éducatives dans et hors l’école” – partie 1

« Il y a quelque temps que je me suis aperçu que, dès mes premières années, j’avais reçu quantité de fausses opinions pour véritables, et que ce que j’ai depuis fondé sur des principes si mal assurés ne pouvait être que fort douteux et incertain ; de façon qu’il me fallait entreprendre une fois en ma vie de me défaire de toutes les opinions que j’avais jusques alors reçues en ma créance (…) si je voulais établir quelque chose de ferme et de constant dans les sciences. » Descartes, Méditations métaphysiques

À l’instar de Descartes, nous avons entrepris de nous défaire de toutes les opinions reçues au cours de notre expérience en tant qu’acteur éducatif. Et c’est dans une posture scientifique que nous avons décidé d’interroger un objet qui motiva nos actions en tant que professionnelle de l’éducation : la « continuité éducative ».

Du fait de l’importance donnée à cet objet dans les sphères éducatives [1], il semble pertinent d’en comprendre les enjeux et processus, et pour commencer même, d’en saisir la signification. C’est pourquoi nous avons entrepris cette démarche de recherche, dans le champ disciplinaire des Sciences de l’Éducation, au sein de l’Unité Mixte de Recherche EFTS, Éducation, Formation, Travail et Savoirs. Continuer la lecture

« Enseignez à vivre ! »

Edgar Morin, l’éducation innovante et le LJEFTS

Platon avait tout dit sur l’enseignement : « Pour enseigner, il faut l’éros, l’amour pour ce qu’on enseigne et l’amour pour les élèves ».
Avec ces mots d’Edgar Morin, sociologue et philosophe français, commence le film documentaire « Enseignez à vivre ! » d’Abraham Segal actuellement en salles. Ce film met en valeur les pensées d’Edgar Morin sur l’éducation et les pratiques éducatives « innovantes » dans cinq établissements publics français. On suit, à travers leurs témoignages, des élèves « décrocheurs » du Pôle Innovant Lycéen et du Microlycée de Vitry-sur-Seine, ainsi que des élèves et des équipes pédagogiques du Lycée Edgar Morin de Douai, du Lycée Autogéré de Paris et de l’École Decroly de Saint-Mandé. Continuer la lecture

L’initiative Laboratoire Junior en questions

Ouvrir le bal

C’est donc à moi que revient l’honneur d’ouvrir le bal des articles pour ce nouveau carnet Hypothèses du Laboratoire Junior EFTS (Éducation, Formation, Travail, Savoirs). Peut être faut-il dans un premier temps dire quelques mots du nom que nous avons choisi pour ce carnet : « Transitions ». Passer progressivement d’un état à un autre, partir d’un point A pour arriver jusqu’à un point B. Ce laboratoire « Junior » – je reviendrai longuement sur ce qualificatif, vous l’aurez compris vu le titre de l’article – se compose effectivement de chercheurs en formation et en devenir, puisque nous sommes tous actuellement en cours de doctorat, ou fraîchement docteurs en Sciences de l’Éducation. Il est à noter que nous ouvrons également nos portes aux étudiants de Master qui souhaiteraient nous rejoindre. Il se veut comme un espace d’échanges plus ou moins institutionnels destiné aux « non titulaires ». Ce carnet a donc pour objectif, entre autres choses, de nous aider à transiter dans ce cheminement parfois long, tumultueux et solitaire de la thèse. Sans sous-entendu aucun quant à nos suivis et directions de thèse et sans qu’aucun de nous ne vive la thèse comme un fardeau, qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit. Gardons un peu de « silence breaking » pour 2018. Continuer la lecture