Journée scientifique des doctorant·es de l’école doctorale CLESCO

Le 21 mars 2022 s’est déroulée la journée des doctorant·es CLESCO !

“La journée scientifique des doctorant·es CLESCO, JSDoc est organisée par les représentant·es des doctorant·es de l’école doctorale CLESCO depuis 2008. Cette journée a pour objectif la mise en lumière des recherches menées par les jeunes chercheurs et chercheuses de l’école doctorale. Cette journée donne l’occasion aux doctorants de renforcer leur réseau, de se rencontrer et d’échanger et débattre autour de différentes thématiques de recherche scientifique”

Comité scientifique : Lucie CASSE, Valentin GOULETTE et Marie-Amélie MARTIN

Comité d’organisation : Anne-Flore GINDRE, Yollande MASSALA-BILOUKA, Nathalie MEURIE-CORCEIRO, Dimitri PAISIOS

Directeur de l’école doctorale CLESCO : Jean-François MARCEL

Écrire ma thèse : les in-dix-pensables !

Mis en avant

L’écriture, voilà une étape qui enthousiasme autant qu’elle peut inquiéter. Et pourtant elle est inévitable dans le processus de thèse. Heureusement, c’est une compétence, de fait, elle s’acquiert ! Pour contribuer à son développement, les participant·es du séminaire doctoral “Émancipation et Changement” de l’UMR EFTS (Université Toulouse II Jean Jaurès) proposent une affiche regroupant quelques astuces et conseils singuliers.

– Christelle Chauffriasse, Jeanne Piccardi et Tiowa Kienou –

Les JEFTS ont eu lieu les 10 et 11 février 2022 !

Mis en avant

Le comité d’organisation était composé d’Ingrid Verscheure, Dominique Broussal, Isabelle Fabre, Audrey Murillo, Sébastien Reynes, Céline Pottier, Patrick Lartiguet, Khouloud Chatti et Caroline-Marie Cavard.

La journée des doctorant·es

La première journée d’étude de l’UMR EFTS consacrée aux doctorant·es s’est déroulée jeudi 10 février sous un format hybride (distanciel le matin et présentiel et distanciel l’après-midi).

Le premier temps de la matinée était dédié à la présentation des différents conseils et services de l’UMR EFTS : conseils d’unité et scientifique, services administratifs et laboratoire junior. Nous avons également pu entendre les co-responsables de chaque thème ainsi qu’Emmanuelle Brossais, membre de l’Association des Enseignant·es Chercheur·es en Sciences de l’Éducation.

L’occasion pour les nouveaux·elles doctorant·es de visualiser les missions et le rôle de chacun·e, les ressources disponibles mais aussi d’entrevoir les perspectives des trois thèmes de recherche au sein du laboratoire :

Ensuite, un mot introductif des représentantes des doctorant·es (Caroline-Marie Cavard et Khouloud Chatti) a permis de planter le décor de ces journées d’étude à travers la thématique des partenariats et de passer le relais, pour Caroline-Marie, à Amina Mohamed Hassan, nouvelle représentante des doctorant·es.

Pour la suite de la matinée, Audrey Murillo a animé une table ronde intitulée « Quels sont les effets des partenariats de recherche sur les parcours de recherche des enseignant·es-chercheur·es ? » où participaient trois enseignantes-chercheuses : Marie-France Carnus, Fatiha Tali et Hélène Veyrac.

En début d’après-midi, deux tables rondes se sont déroulées avec pour objet l’évocation des contextes et enjeux des recherches doctorales en sciences de l’éducation et de la formation.

  • La première table ronde « L’école en terre (re)connue » animée par Khoulloud Chatti et Lougteb Doha (doctorantes) faisait intervenir les présentations des avancées des travaux de thèse de quatre doctorant·es :
    • Aurélie Canizares, en sciences de l’information et de la communication, s’intéresse à la médiation numérique des savoirs et à leur circulation dans des situations d’enseignement-apprentissage médiatisées (classe inversée, jeu sérieux, dispositif d’enseignement à distance).
    • Amina Mohamed Hassan mène une réflexion sur la co-construction de la compétence interculturelle dans un dispositif UPE2A (aide à l’apprentissage du français pour des élèves primo-arrivants et allophones).
    • Yollande Bilouka développe une thèse autour de l’utilisation du numérique en contexte scolaire gabonais et français et explore le lien entre celui-ci et la motivation des élèves (en tenant compte de leur origine sociale).
    • Eric Alabi s’intéresse dans sa thèse à la question de l’appropriation de l’approche par compétences au Bénin, entre idéologies et pratiques professionnelles.
  • La deuxième table ronde « La culture, la santé, l’intervention sociale : les écoles buissonnières » a donné lieu à la présentation de quatre autres doctorant·es :
    • Nicolas Chottin élabore ses travaux de thèse autour de la question de l’inclusion des personnes ayant une vulnérabilité sociale et/ou de santé notamment en lien avec les pratiques addictives.
    • Samuel Philippon s’intéresse aux enjeux de socialisation des jeunes des quartiers populaires dans le trafic de drogue (le deal comme expérience professionnelle) et l’influence de cette réalité sur le métier des éducateurs en prévention spécialisée, dans une approche ethnographique. 
    • Sandrine Pavan, en sciences de l’information et de la communication, s’intéresse au dispositif de la résidence d’artiste pour penser les manières d’habiter les espaces éducatifs dans une recherche-intervention au sein d’un lycée agricole.
    • Bruno Corneille, en sciences de l’information et de la communication, articule ses travaux de thèse autour du jardin comme dispositif de médiation et interroge la notion d’espaces dans le domaine de l’enseignement agricole (notamment l’aménagement paysager).

Ces tables rondes ont révélé la pluralité des contextes de recherche qui s’entremêlent et permettent de situer la recherche dans une « perspective systémique », comme le souligne les doctorant·es, en dépassant les différentes typologies de recherche.

Ces différentes présentations reflètent la visée heuristique de la recherche (produire des connaissances) et praxéologique (faire un pas pour atteindre le souhaitable ou amorcer le changement). La majorité des interventions relatent des approches qualitatives, une pluralité des thématiques rencontrées ainsi que des méthodologies et approches théoriques variées. Aussi, deux études sur quatre relèvent d’études comparative à l’international. Les doctorant·es soulignent enfin la question de la place du·de la chercheur·se dans la recherche partenariale et mettent en exergue la dimension transdisciplinaire propre aux Sciences de l’Éducation et de la Formation.

Deuxième journée EFTS : la journée thématique

La deuxième journée, introduite par la directrice de l’UMR Cécile Gardiès et la responsable du conseil scientifique, Ingrid Verscheure ; a débuté avec une conférence d’Isabelle Vinatier (Professeur des universités à l’université de Nantes) intitulée « Quelle place requiert pour les acteurs l’analyse de leur activité dans le cadre d’une recherche collaborative ? ». Dans la continuité des travaux de Vergnaud, s’inscrivant en didactique professionnelle, elle propose une réflexion en trois temps : le contexte de la formation ; une épistémologie du sujet capable ainsi que la place des acteurs dans les recherches collaboratives.

La suite de la matinée s’est déroulée en deux temps, l’un réservé aux doctorant·s, l’autre aux statutaires.

Caroline-Marie et Khouloud à l’origine de l’animation, nous ont proposé un format d’échanges attractif tel un world café numérique ! Patrick Lartiguet a également participé à l’organisation de ce temps.

Quatre salles virtuelles ont permis aux doctorant·es d’échanger sur la méthodologie, les choix théoriques, les recherches collaboratives / participatives ou enfin sur la notion de public / terrain. Un référent « porte-parole de salle » a pu finalement réaliser une retransmission en grand groupe en s’appuyant sur des nuages de mots.

La suite de la journée a mis au jour la présentation des actualités de la recherche à l’UMR EFTS en lien avec les partenariats (informations concernant le dépôt HAL, service valorisation et RGPD).

Enfin, le questionnement fil rouge autour des partenariats a été envisagé dans un dernier temps autour d’une conférence populaire nommée « Financement de la recherche et implication des acteurs : réalité ou fantasme ? ».

En quelques mots, Caroline-Marie nous dit que « la conférence poursuivait deux objectifs :

– produire la connaissance en s’appuyant sur les savoirs détenus par les participants, qu’elle mutualise.

– faire éprouver en grandeur réelle que ce partage n’est pas une utopie, mais qu’il est opérationnel. »

Voici pour illustration des questions proposées par les groupes :

  • Quelles conciliations entre une recherche artisanale (sens, liberté, précarité) et une recherche industrialisée (marchandisation, reconnaissance) ?
  • Qu’est-ce qui motive les acteurs non chercheurs à s’impliquer dans une recherche collaborative avec ou sans financement ?
  • Comment motiver les acteur·rices universitaires et institutionnels dans des actions communes de recherche ?
  • Le financement d’une recherche entrave ou libère le·la chercheur·se ?

– Manon Delbreil –

Je pars en thèse !

Destiné aux doctorants et jeunes docteurs, cet ouvrage propose des conseils qui couvrent l’ensemble du processus d’élaboration de la thèse. Ses rédacteurs, enseignants-chercheurs reconnus, mobilisent leurs expériences pour dévoiler les stratégies efficaces et alerter sur les pièges potentiels. Loin de la logique d’un manuel, il adopte la forme d’échanges de courriels, ce qui offre une tonalité originale à son propos. Il comporte trois parties : « Choisir de s’engager en thèse », « Vivre et éprouver sa thèse » et « Se confronter à la communauté et à la société ». L’ouvrage peut se lire en picorant parmi les 28 thèmes, par plaisir ou par besoin de conseils ciblés. Il peut aussi se lire chronologiquement, pour suivre le processus de thèse depuis sa construction jusqu’à ses différents prolongements. En fait, il propose de vous accompagner dans la découverte et l’exploration du contexte doctoral : « Alors, tu pars en thèse ? ».

ESOF 2018 Toulouse

Sharing Science: Towards new horizons

The 8th edition of ESOF (EuroScience Open Forum) will take place in Toulouse from the 9th till the 14th of July 2018.

ESOF is the largest interdisciplinary science meeting in Europe. It is dedicated to scientific research and innovation and offers a unique framework for interaction and debate for scientists, innovators, policy makers, business people and the general public.

Created in 2004 by EuroScience, this biennial European forum brings together over 4000 researchers, educators, business actors, policy makers and journalists from all over the world to discuss breakthroughs in science. More than 40% of the participants are students and young researchers.

Jeanne PICCARDI, PhD student of EFTS and active member of the Junior Laboratory LJEFTS, will be presenting a scientific poster : “The accompaniment to change within the framework of safety and health assessment and prevention process. The case of waste collectors working”.

Click here for more information on the event.

 

Retour d’atelier « L’écriture inclusive dans l’écriture scientifique : Pourquoi ? Comment ? »

Préface 

Le laboratoire junior LJEFTS a organisé le 12 avril 2018 un atelier de réflexion autour de la question de l’écriture inclusive intitulé « L’écriture inclusive dans l’écriture scientifique : Pourquoi ? Comment ? ». Cet article a pour vocation de présenter un compte rendu de l’atelier enrichi de débats qui ont émergé à travers les échanges entre les participant.es. Non expertes, nos propos n’ont, en aucun cas, une visée injonctive.

Pourquoi avons-nous choisi cette thématique ? L’écriture inclusive vient interroger le langage dans sa dimension symbolique. En Sciences Humaines et Sociales, ce travail de décryptage et d’analyse du langage est central. De plus, un des objectifs du LJEFTS est de créer des espaces de réflexion transdisciplinaire. L’écriture inclusive soulève des questions d’écriture scientifique au-delà des disciplines. Nous avons donc proposé aux doctorantes et doctorants un moment d’échanges et de réflexion sur cette question. Nous nous sommes ainsi appuyées sur des ressources de disciplines diverses en SHS (linguistique, histoire, littérature, sociologie, sciences de l’éducation…) afin de préparer l’atelier. La présence d’Ingrid Verscheure, maître de conférences en Sciences de l’Éducation à l’Université Toulouse – Jean Jaurès, comme « grande témoin » a participé à l’enrichissement du débat. Continuer la lecture

Atelier “L’écriture inclusive dans l’écriture scientifique : pourquoi ? comment ?”

Le laboratoire junior LJEFTS organise un atelier de réflexion autour de la question de l’écriture inclusive dans la recherche scientifique le jeudi 12 avril à 17h30*. Cet atelier vise à construire une réflexion collective autour des outils d’écriture, de l’interprétation des écrits et de la représentation égalitaire du langage. Cette manifestation, ouverte à tout.e.s les doctorant.e.s de l’UMR EFTS, est l’occasion de créer un espace d’échanges au-delà des disciplines puisque les travaux qui seront présentés proviennent de la linguistique, de la sociologie, des sciences de l’éducation, de la littérature…

L’atelier sera animé par Christiana Charalampopoulou, docteure en sciences de l’éducation, et Coline Barthelemi, future doctorante à l’UMR EFTS. Dans un premier temps, nous allons présenter les débats actuels autour de l’écriture inclusive en touchant des questions d’égalité entre les femmes et les hommes. Lors de la deuxième partie de l’atelier, nous allons questionner la place de l’écriture inclusive dans la recherche scientifique (articles, thèses, ouvrages). Ingrid Verscheure, Maître de conférences en sciences de l’éducation (EFTS, entrée 4 “Conduite et accompagnement du changement”) sera notre grande témoigne.

Inscription avant le 10 avril 2018 : https://framadate.org/5tQwVapVJ7v7gHZQ

*En cas de poursuite du blocage de la Maison de la Recherche, l’atelier aura lieu à l’ESPE de Rangueil, 118 Route de Narbonne, 31400 Toulouse (métro : Université Paul Sabatier).

Atelier “Présentation de travaux de recherche”

Le prochain atelier du Laboratoire Junior LJEFTS aura lieu le mercredi 28 mars à l’ENSFEA (2 route de Narbonne 31326 Castanet Tolosan). Trois doctorants de l’UMR EFTS présenteront les travaux entamés dans le cadre de leur thèse.

  • Sandra CADIOU : “Apprentissage de l’écriture de fiction en lycée pro (didactique clinique)”
  • Jocelyne PAMBO : “Les pratiques professionnelles des éducateurs spécialisés auprès d’enfants autistes au Gabon et au Sénégal”
  • Vincent VOISIN : “Présentation d’une recherche collaborative visant l’amélioration d’un dispositif « d’apprendre à apprendre » dans une Ecole de la Deuxième Chance”.

Un moment d’échanges suivra les présentations.

Entrée libre. Inscription avant le 26 mars au labojuniorefts@gmail.com.

Journée “Financer sa thèse” – lundi 22 janvier 2018 (UT2J)

Les représentants des écoles doctorales ALLPH@, CLESCO et TESC vous invitent à la journée “Financer sa thèse”, lundi 22 janvier de 9h00 à 12h30 (UT2J – Nouvelle Maison de la Recherche – Amphi F417). Cette année, elle se concentrera sur les financements en cours de thèse spécifiquement destinés aux doctorants.

L’affiche et le programme

En espérant vous y croiser autour d’un café !

L’initiative Laboratoire Junior en questions

Ouvrir le bal

C’est donc à moi que revient l’honneur d’ouvrir le bal des articles pour ce nouveau carnet Hypothèses du Laboratoire Junior EFTS (Éducation, Formation, Travail, Savoirs). Peut être faut-il dans un premier temps dire quelques mots du nom que nous avons choisi pour ce carnet : « Transitions ». Passer progressivement d’un état à un autre, partir d’un point A pour arriver jusqu’à un point B. Ce laboratoire « Junior » – je reviendrai longuement sur ce qualificatif, vous l’aurez compris vu le titre de l’article – se compose effectivement de chercheurs en formation et en devenir, puisque nous sommes tous actuellement en cours de doctorat, ou fraîchement docteurs en Sciences de l’Éducation. Il est à noter que nous ouvrons également nos portes aux étudiants de Master qui souhaiteraient nous rejoindre. Il se veut comme un espace d’échanges plus ou moins institutionnels destiné aux « non titulaires ». Ce carnet a donc pour objectif, entre autres choses, de nous aider à transiter dans ce cheminement parfois long, tumultueux et solitaire de la thèse. Sans sous-entendu aucun quant à nos suivis et directions de thèse et sans qu’aucun de nous ne vive la thèse comme un fardeau, qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit. Gardons un peu de « silence breaking » pour 2018. Continuer la lecture