Publication dans la Revue Française de Pédagogie

Dans le dernier numéro de la Revue Française de Pédagogie, Vincent Voisin, doctorant du laboratoire junior EFTS, et Marc Martin, directeur de l’ École régionale de la Deuxième Chance de Toulouse (ER2CT), témoignent d’une collaboration entre un laboratoire de sciences de l’éducation et une École de la deuxième chance, autour du développement d’un dispositif d’éducation cognitive.


Titre de l’article :

Articuler recherche et développement pédagogique. Un exemple de collaboration entre un laboratoire de sciences de l’éducation et une École de la 2e chance

Résumé :

Cet article témoigne d’une collaboration entre un laboratoire de sciences de l’éducation et une École de la 2e chance, autour du développement d’un dispositif d’éducation cognitive. Les différents choix méthodologiques et organisationnels effectués en vue d’articuler l’enquête scientifique, le processus décisionnel et l’ingénierie pédagogique sont présentés et commentés. À la fin de l’article, nous dressons un bilan provisoire de cette expérience, en relevant les effets engendrés (sur l’activité éducative, sur la production scientifique) et les difficultés rencontrées.

Référence APA :

Voisin, V. & Martin, M. (2017). Articuler recherche et développement pédagogique. Un exemple de collaboration entre un laboratoire de sciences de l’éducation et une École de la 2e chance. Revue française de pédagogie, 200(3), 89-97. https://www.cairn.info/revue-francaise-de-pedagogie-2017-3-page-89.htm.

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez ici.

Apprendre à apprendre, oui mais pourquoi ?

Vincent VOISIN

Source : Philippe Geluck, “Le Chat”

En 1987, Philippe Meirieu publiait “Apprendre, oui mais comment”, devenu rapidement un ouvrage de référence sur les questions d’enseignement / apprentissage. Trente ans plus tard, la question de “l’apprentissage efficace” est plus que jamais sur le devant de la scène, comme en témoigne actuellement l’impressionant développement de “l’apprendre à apprendre” dans les politiques éducatives nationales et internationales1.

En réalité, le “savoir apprendre”, figure de l’idéal rationaliste, est une idée plus ancienne. Selon le philosophe Marcel Grauchet, on en retrouve les prémices au XVIIIème siècle dans la pensée du pédagogue suisse Johann Heinrich Pestalozzi, lui-même fortement inspiré par Rousseau. Depuis, le projet d’amélioration des capacités d’apprentissage des élèves a pris de nombreux visages. Au début du XXème siècle, Alfred Binet, le père du test de QI, élabore des exercices “d’orthopédie mentale” visant à “mettre en forme […] l’attention, la mémoire, la perception, la volonté et le jugement”2 des élèves en difficulté, afin de faciliter leur apprentissage ultérieur des contenus scolaires. Au début des années 40, c’est l’enseignement des “study skills” qui se développe dans les écoles et universités américaines. Dans les années 80, le mouvement de “l’éducabilité cognitive” se traduit en un florilège de méthodes et programmes visant à doter les élèves de techniques et méthodes pour “apprendre à penser”3, diversement nommées “habitudes fonctionnelles cognitives”, “gestes mentaux” ou encore “stratégies de résolution de problèmes”. Derrière ce vocable, on retrouve des conseils pour mieux mémoriser, se concentrer, s’organiser ou encore gérer ses émotions. L’éducation cognitive a alors constitué un “formidable espoir de dépassement des problèmes d’éducation et de formation”4, en grande partie déçu par les évaluations scientifiques en demi-teinte qui en ont été faites. Dans les années 90, l’éducation cognitive, discréditée, disparut largement du paysage éducatif.

Continuer la lecture