Le genre à l’école : un objet social et scientifique. Restitution des résultats de recherches collaboratives.

Mis en avant

Poster journée d’étude “Genre à l’école”, UT2J, EFTS

Mercredi 1er décembre, une trentaine de personnes s’est réunie à la maison de la recherche de l’UT2J pour participer à la journée d’étude « Genre à l’École : regards croisés sur une collaboration enseignant·es-chercheur·es »[1].

Organisée par Ingrid Verscheure (MCF HDR, UMR EFTS) et Claire Debars (docteure, UMR EFTS), cette journée avait pour objectif de diffuser et valoriser les résultats du « partenariat d’aventure » construit entre l’école primaire Gaston Bonheur de Balma (31) et l’UMR EFTS (UT2J).

Ce partenariat, élaboré entre enseignant·es et chercheur·ses, s’inscrit dans la volonté des équipes éducatives de développer la question du genre à l’école et ce, en collaboration avec une équipe de recherche. C’est ainsi que, depuis 2015, quatre recherches ont été menées, dont une toujours en cours, sur cette thématique : « Mixité filles-garçons dans les temps scolaires et périscolaires » (2015-2016), « EÇACHANGE »[2] (2017-2019), « AGIREEPS »[3] (2019-2021) et « VIT’G-EPS[4] » 2021-2023)[5]. À partir d’une approche didactique, portée par Ingrid Verscheure et d’une démarche participative, mettant en place des situations permettant de repérer les stéréotypes de genre, les participant·es aux recherches ont pu produire des connaissances s’inscrivant dans une perspective d’éducation non discriminante. Dans le cadre de cette journée d’étude, ce sont les résultats liés aux deux premières recherches (« Mixité filles-garçons dans les temps scolaires et périscolaires » et « EÇACHANGE ») qui ont été présentées plus en détail. Organisée en cinq temps, et se voulant, à l’image des recherches, participative, cette manifestation a fait intervenir des acteurs et actrices issus d’horizons divers.


Photo prise lors de la journée d’étude “Genre à l’école”

La journée a débuté par l’intervention de Christine Ducamp, représentante de l’UMR EFTS qui pointait l’intérêt de cette journée d’étude, en tant que lieu de rencontre et d’échanges entre différent·es acteurs et actrices et manière de valoriser et diffuser les savoirs de la recherche vers les publics concernés ; et Thierry Duez, inspecteur de l’Éducation Nationale, qui exprimait toute sa satisfaction à participer à cette journée. Il a ainsi souligné l’intérêt social tant de la thématique que de la démarche collaborative qui est, pour lui, une démarche à encourager au sein de l’Éducation Nationale. Après ces propos introductifs, c’est Ingrid Verscheure qui, après quelques mots d’accueil et de remerciements, est intervenue pour présenter le contexte d’élaboration de la collaboration ainsi que sa mise en œuvre. Nous découvrions alors les diverses activités mises en place pour mettre au jour les stéréotypes et les déconstruire : la mise en discussion des élèves autour des images de « Papa Ours » et « Maman Ours », ou encore la mise en action des enfants dont il était demandé de « courir comme des filles », « courir comme des garçons » ou « courir comme d’habitude », pour n’en citer que quelques-unes. Une focale a ensuite été réalisée par Lucie Aussel (MCF, UMR EFTS) sur la démarche, c’est-à-dire sur la conduite de ces recherches. Elle a plus particulièrement interrogé la conduite et/ou l’accompagnement du changement et l’enjeu de la responsabilité épistémique dans ces démarches collaboratives. Enfin, la matinée s’est achevée sur la restitution de trois recherches portées par Martine Vinson, Mélanie Cillard et Stéphanie Cano, étudiantes de Master 2 en sciences de l’éducation et de la formation à l’UT2J. Ces présentations ont été produites à partir des résultats d’analyse d’enquêtes réalisées dans le cadre de cette collaboration. Par exemple, Martine Vinson a restitué sa recherche « Courir comme… » où elle comparait la manière dont les enfants courent selon que la consigne est de « courir comme un fille », de « courir comme un garçon » ou de « courir comme d’habitude », et la manière dont ils ou elles en parlent dans le cadre d’un débat.

Après la pause déjeuner, une conférence intitulée « 40 ans de politiques “égalité” dans l’Éducation Nationale, et maintenant ? » a été présentée, à distance, par Isabelle Collet (PU, G-RIRE, Université de Genève). Cette présentation, par une analyse rétrospective des conventions sur l’égalité filles-garçons dans le système éducatif, a mis en relief les inégalités scolaires que les enfants subissent à l’école en termes d’orientation notamment. C’est par un temps d’échange avec le public que cette intervention a pris fin. Il s’en est suivi une table ronde réunissant trois enseignantes des écoles Gaston Bonheur : Carine Barale (CP), Nathalie Coquillat (grande section de maternelle) et Cathy Gonzalez (CM2). Elles ont, tour à tour, et en interaction avec la salle, réagi à trois questions portant sur leur engagement dans ces recherches (Pourquoi s’être engagées ?), sur les transformations opérées ou à opérer (Qu’est-ce qui a changé ? Que reste-t-il à transformer ? Qu’est-ce qui ne peut pas changer ?), et enfin sur les principales contraintes et bénéfices de cet engagement.

Cette journée s’est clôturée par un regard rétrospectif avec l’intervention de Chantal Amade-Escot (PU émérite, UMR EFTS) qui a rappelé les points forts de ce partenariat. Le premier tient à l’originalité de l’approche scientifique de la thématique du genre par la didactique. Le second fait référence à la modalité de diffusion et de valorisation des résultats sous forme de journée d’étude adressée tant aux personnes ayant participé aux recherches, qu’aux communautés éducatives – représentées par des enseignant·es, du personnel périscolaire et des parents d’élève – et scientifique, avec la présence de masterant·es, doctorant·es et enseignant·es-chercheur·ses.

La mise en débat des résultats, la participation des différent·es acteurs et actrices à cette journée, la richesse des échanges – que plus d’un·e aurait souhaité prolonger – auront permis au collectif d’envisager d’ores et déjà un prolongement de ce « partenariat d’aventure ». Cette expression, qui prend ici tout son sens, vient ainsi illustrer l’inter-enrichissement produit par des démarches mettant en relation des acteurs et actrices de la sphère sociale et de la sphère académique.

Christelle CHAUFFRIASSE.

[1] Cette journée a bénéficié du soutien financier de l’UMR EFTS

[2] École primaire – Cycles des Apprentissages– conduite du CHANgement- positionnement de Genre.

[3] Puissance d’AGIR des Élèves à l’école primaire en EPS.

[4] Classes VITaminées à l’EPS pour lutter contre les inégalités de Genre

[5] Ces recherches ont bénéficié du soutien financier de la SFR AEF de l’ESPÉ Toulouse – Midi-Pyrénées.

Annonce de la journée d’étude sur le genre

Mis en avant

Mercredi 1er décembre 2021, à la maison de recherche du campus du Mirail, aura lieu la journée d’étude « Genre à l’école : regards croisés sur une collaboration enseignant·es-chercheu·es ».

Cette journée se tiendra de 9h à 16h30, amphi F417 (4e étage de la maison de la recherche).

Toute personne interessée peut s’inscrire via le lien suivant (lien également disponible directement sur l’affiche) – inscription gratuite :

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfl6hpFCBnTKfvYN0L-cneiYDdPia3Y5NI9tH9dEe6LqCQKtQ/viewform

« Cette journée concerne les recherches collaboratives menées depuis 2014 (“Mixité filles – garçons dans les temps scolaires et périscolaire”, puis EÇACHANGE) avec l’école Gaston Bonheur de Balma (31130). Cette recherche longitudinale a été menée dans l’école avec plusieurs enseignantes qui ont été sensibilisées aux problématiques du Genre dans le cadre scolaire. Cette recherche trouve son origine au cœur des orientations ministérielles des “ABCD de l’égalité” puis du “Plan d’action pour l’égalité des filles et des garçons à l’école”.  Les équipes pédagogiques et de recherche ont collaboré pour co-construire des séquences d’apprentissage visant une plus grande égalité.

Cette journée d’étude se veut être un lieu de rencontre – échanges entre les enseignant·es et chercheur·es ayant participé aux recherches, avec étudiant·es ayant travaillé autour des données ainsi que des éclairages plus théoriques par des conférencières spécialistes du genre, de didactique et de la conduite du changement dans le cadre des recherches collaboratives, dans l’optique à la fois d’une valorisation des savoirs de la recherche mais aussi d’une diffusion vers les publics concernés ».

Publication dans la Revue Française de Pédagogie

Dans le dernier numéro de la Revue Française de Pédagogie, Vincent Voisin, doctorant du laboratoire junior EFTS, et Marc Martin, directeur de l’ École régionale de la Deuxième Chance de Toulouse (ER2CT), témoignent d’une collaboration entre un laboratoire de sciences de l’éducation et une École de la deuxième chance, autour du développement d’un dispositif d’éducation cognitive.


Titre de l’article :

Articuler recherche et développement pédagogique. Un exemple de collaboration entre un laboratoire de sciences de l’éducation et une École de la 2e chance

Résumé :

Cet article témoigne d’une collaboration entre un laboratoire de sciences de l’éducation et une École de la 2e chance, autour du développement d’un dispositif d’éducation cognitive. Les différents choix méthodologiques et organisationnels effectués en vue d’articuler l’enquête scientifique, le processus décisionnel et l’ingénierie pédagogique sont présentés et commentés. À la fin de l’article, nous dressons un bilan provisoire de cette expérience, en relevant les effets engendrés (sur l’activité éducative, sur la production scientifique) et les difficultés rencontrées.

Référence APA :

Voisin, V. & Martin, M. (2017). Articuler recherche et développement pédagogique. Un exemple de collaboration entre un laboratoire de sciences de l’éducation et une École de la 2e chance. Revue française de pédagogie, 200(3), 89-97. https://www.cairn.info/revue-francaise-de-pedagogie-2017-3-page-89.htm.

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez ici.

Apprendre à apprendre, oui mais pourquoi ?

Vincent VOISIN

Source : Philippe Geluck, “Le Chat”

En 1987, Philippe Meirieu publiait “Apprendre, oui mais comment”, devenu rapidement un ouvrage de référence sur les questions d’enseignement / apprentissage. Trente ans plus tard, la question de “l’apprentissage efficace” est plus que jamais sur le devant de la scène, comme en témoigne actuellement l’impressionant développement de “l’apprendre à apprendre” dans les politiques éducatives nationales et internationales1.

En réalité, le “savoir apprendre”, figure de l’idéal rationaliste, est une idée plus ancienne. Selon le philosophe Marcel Grauchet, on en retrouve les prémices au XVIIIème siècle dans la pensée du pédagogue suisse Johann Heinrich Pestalozzi, lui-même fortement inspiré par Rousseau. Depuis, le projet d’amélioration des capacités d’apprentissage des élèves a pris de nombreux visages. Au début du XXème siècle, Alfred Binet, le père du test de QI, élabore des exercices “d’orthopédie mentale” visant à “mettre en forme […] l’attention, la mémoire, la perception, la volonté et le jugement”2 des élèves en difficulté, afin de faciliter leur apprentissage ultérieur des contenus scolaires. Au début des années 40, c’est l’enseignement des “study skills” qui se développe dans les écoles et universités américaines. Dans les années 80, le mouvement de “l’éducabilité cognitive” se traduit en un florilège de méthodes et programmes visant à doter les élèves de techniques et méthodes pour “apprendre à penser”3, diversement nommées “habitudes fonctionnelles cognitives”, “gestes mentaux” ou encore “stratégies de résolution de problèmes”. Derrière ce vocable, on retrouve des conseils pour mieux mémoriser, se concentrer, s’organiser ou encore gérer ses émotions. L’éducation cognitive a alors constitué un “formidable espoir de dépassement des problèmes d’éducation et de formation”4, en grande partie déçu par les évaluations scientifiques en demi-teinte qui en ont été faites. Dans les années 90, l’éducation cognitive, discréditée, disparut largement du paysage éducatif.

Continuer la lecture