« Enseignez à vivre ! »

Edgar Morin, l’éducation innovante et le LJEFTS

Platon avait tout dit sur l’enseignement : « Pour enseigner, il faut l’éros, l’amour pour ce qu’on enseigne et l’amour pour les élèves ».
Avec ces mots d’Edgar Morin, sociologue et philosophe français, commence le film documentaire « Enseignez à vivre ! » d’Abraham Segal actuellement en salles. Ce film met en valeur les pensées d’Edgar Morin sur l’éducation et les pratiques éducatives « innovantes » dans cinq établissements publics français. On suit, à travers leurs témoignages, des élèves « décrocheurs » du Pôle Innovant Lycéen et du Microlycée de Vitry-sur-Seine, ainsi que des élèves et des équipes pédagogiques du Lycée Edgar Morin de Douai, du Lycée Autogéré de Paris et de l’École Decroly de Saint-Mandé. « J’ai repris pied ici. J’ai réappris à vivre » témoigne un jeune élève du Pôle Innovant Lycéen où il assiste aux ateliers de réparation de vélos et de matériel informatique et à un projet de solidarité internationale. Pour Edgar Morin, cette pédagogie est « pour que ceux qui ont été largués puissent retrouver une voie ».
Un autre témoignage, celui d’une élève du Lycée Autogéré de Paris : « Arriver à tenir un débat avec des gens, à m’affirmer. Sans le LAP j’aurais vraiment continué à dégringoler ». Dans cet établissement, les jeunes apprennent à vivre en communauté à travers leur cantine autogérée, la gestion du budget de leur classe, le ménage du lycée fait par les élèves eux-mêmes et la prise de décision collective (autoriser ou non le portable en salle de classe, laisser ouvert ou fermer le portail de l’établissement, etc.).
Au Microlycée 94, on découvre comment les « décrocheurs » « reprennent pied et apprennent à vivre ». Au lycée Edgar Morin, on suit la préparation et la réalisation d’un voyage scolaire à Paris où les élèves sont invités à conduire une enquête sociologique en visitant différents quartiers de la capitale afin de déconstruire des stéréotypes. L’ouverture à la Cité et l’interdisciplinarité sont deux valeurs qui caractérisent les pratiques pédagogiques de cet établissement public.
Dans l’école Decroly, le rapport à la nature est indispensable à l’éducation des enfants de 3 à 15 ans. Ainsi, tous les midis des sorties sont organisées au bois de Vincennes pendant lesquelles professeurs et élèves vont pique-niquer et découvrir des notions de mathématiques comme le périmètre en tenant les mains de ses copains autour d’un arbre.
Ces expériences pédagogiques inhabituelles sont mises en place par des enseignants qui ont osé innover en ayant comme but de redonner aux élèves le goût d’apprendre et de s’épanouir dans le savoir.
La pense d’Edgar Morin est mise en perspective à travers des pratiques d’une éducation innovante et inversement. Dans son ouvrage « Enseigner à vivre », dont le titre est inspiré par l’Émile de Jean-Jacques Rousseau (1762), il présente un projet d’éducation qui prépare l’enfant à la vie et à sa « complexité » (Morin, 2008). La mission des éducateurs est d’aider les élèves à devenir autonomes et à s’auto-organiser, à dépénaliser l’erreur, à mieux comprendre et à respecter autrui (Morin, 2014). Il semblerait que dans les établissements présentés dans le film d’Abraham Segal le pari est gagné.
En sortant de la salle de cinéma, nous sommes remplis d’inspiration, de motivation et d’espoir !
En mettant « en perspective les pensées d’Edgar Morin et des pratiques éducatives innovantes », ce film nous permet de découvrir des actions concrètes qui s’appuient sur les préceptes développés par ce sociologue et philosophe français. Dans cette continuité nous vous proposons de mettre en lien quelques-uns de ces principes avec les aspirations du Laboratoire Junior EFTS.

Le film « Enseignez à vivre ! » fait écho à l’atelier sur la circulation des savoirs, organisé en avril 2017 par les membres du LJEFTS à partir de la vidéo « La pensée complexe et les ailes des mouches » d’Edgar Morin. Les réflexions de ce dernier ont été lors de cet atelier le support d’une réflexion collective sur les lignes directrices du Laboratoire Junior. Ce temps nous a permis de mettre des mots sur les défis que nous nous sommes donnés et de les faire évoluer.
Depuis notre plus jeune âge nous avons appris à séparer les disciplines : le français, les mathématiques, la géographie, etc. Et cela a perduré tout au long de nos études : les sciences de l’éducation, la psychologie, les sciences du vivant, etc. Nous nous sommes spécialisés, dans une discipline, sur un sujet, sur une approche méthodologique, etc. Or, les problématiques de nos recherches sont de plus en plus transversales et multidimensionnelles. Nous avons donc souhaité que le Laboratoire Junior nous permette de nous ouvrir à la « complexité» évoquée par Edgar Morin. Cela s’est traduit par l’envie de sortir d’une pensée qui cloisonne dans une discipline ou une entrée, pour tendre vers une pensée qui distingue, mais qui s’efforce aussi de rapprocher. Maintenir la distinction tout en établissant des relations.

Le Laboratoire Junior a donc été fondé autour d’un objectif d’intelligibilité et de réflexivité. Il est pensé comme un lieu de partage, de questionnement et de mise en lien, permettant d’accéder à une plus grande ouverture.

La circulation des savoirs est un défi que nous ne pouvons relever qu’en sortant de l’entre soi, en nous ouvrant à de nouveaux membres et à de nouvelles disciplines. Nos réflexions nous ont donc amené à imaginer une circulation des savoirs transdisciplinaire, voir même, comme le propose Edgar Morin (1990) «inter-trans-poly-disciplinaire », afin de rapprocher les savoirs, de créer des ponts entre les approches et d’établir des liens entre les disciplines.

Dans un objectif d’accessibilité, le Laboratoire Junior a donc été pensé comme un lieu ouvert permettant de croiser les approches (disciplines, entrées, etc.) et les statuts (étudiant en master, doctorant, post-doctorant, chercheur associé, etc.).

Pour parvenir à cela nous souhaitons, en utilisant les mots d’Edgar Morin (2012), miser sur « l’énergie qui anime les aspirations » de chaque participant pour faire évoluer le monde de la recherche. Afin de créer un collectif de jeunes chercheurs solidaires, nous avons souhaité inscrire nos actions dans un cadre bienveillant, permettant à chacun de créer et de s’exercer.
Pour conclure, quel que soit votre discipline ou votre statut, n’hésitez pas à participer aux actions menées pas le Labo Junior EFTS et à échanger avec nous à travers ce carnet.

Nous organisons d’ailleurs mi-février un atelier « présentation de travaux de recherche ». Si vous souhaitez participer aux échanges, n’hésitez pas à nous contacter => labojuniorefts@gmail.com

Auteures

Christiana Charalampopoulou, Docteure en Sciences de l’Éducation

Jeanne Piccardi, Doctorante en CIFRE, UMR EFTS, Université Toulouse – Jean Jaurès

 

Références bibliographiques :

Morin, E. (1990). Sur l’interdisciplinarité. Communication présentée au Carrefour des sciences, Actes du Colloque du Comité National de la Recherche Scientifique, Paris. Repéré à http://ciret-transdisciplinarity.org/bulletin/b2c2.php

Morin, E. (2008). La complexité humaine. Paris : Flammarion.

Morin, E. (2014). Enseigner à vivre. Manifeste pour changer l’éducation. Arles : Actes Sud.

Rousseau, J.-J. (1762). Émile ou De l’éducation. Amsterdam : Jean Néaulme.

Truong, N., Hollande, F. & Morin, E. (2012). Dialogue sur la politique, la gauche et la crise. Avignon : Edition de l’Aube.

 

Sites Internet des établissements référencés dans le film :

Lycée d’Excellence Edgar Morin de Douai http://lycee-excellence-morin.fr/

Lycée Autogéré de Paris http://www.l-a-p.org/

Pôle Innovant Lycéen http://pilparis.org/

Microlycée de Vitry-sur-Seine https://www.microlycee94.org/

École-Collège Decroly de Saint-Mandé http://www.decroly.fr/

 

Bande annonce et séances du film :

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19574905&cfilm=257258.html

Pétition contre le déménagement du PIL :

https://www.change.org/p/pour-le-maintien-d-une-structure-de-retour-%C3%A0-l-%C3%A9cole-%C3%A0-paris?utm_source=share_petition&utm_medium=link&recruiter=605408369